LOUIS Hubert

Par Daniel Grason

Né le 26 décembre 1902 à Saint-Dié (Vosges), fusillé le 4 décembre 1941 au Mont-Valérien, commune de Suresnes (Seine, Hauts-de-Seine) ; chauffeur.

Louis Hubert demeurait 27 rue Toffier-Decaux à Pantin (Seine, Seine-Saint-Denis), où il exerçait la profession de chauffeur à la Sita, une entreprise de ramassage des ordures ménagères. Il épousa Suzanne A., également native des Vosges, ouvrière spécialisée, qui travaillait dans la ville chez Fleurimont-Chabardie. Le couple eut une fille, Ginette, née en 1939.
La mésentente ne tarda pas à régner dans le couple, chacun courant l’aventure, et de violentes disputes conjugales éclatèrent. Suzanne s’adressa à une amie pour piéger son mari ; à une autre elle demanda de porter une lettre de dénonciation à la Kommandantur, mais elles refusèrent. Une scène plus violente que les autres éclata le 8 novembre 1941. Suzanne aurait alors menacé son mari et des voisins entendirent « Je t’aurai ! »
Le 11 novembre, Hubert Louis fut appréhendé au cours de son travail rue de Belleville à Paris (XIXe et XXe arr.) par la Feldgendarmerie. À son domicile, ils saisirent un pistolet et des munitions. Incarcéré à la prison du Cherche-Midi à Paris (VIe arr.), il comparut le 28 novembre 1941 devant le tribunal du Gross Paris section B qui siégeait rue Boissy-d’Anglas (VIIIe arr.) où sa femme témoigna à charge. Condamné à mort pour « détention d’armes », il a été fusillé le 4 décembre 1941 au Mont-Valérien. Hubert Louis fut inhumé au cimetière parisien d’Ivry-sur-Seine, 39e division, 3e ligne, tombe 21.
Suzanne Louis alla habiter chez sa mère à Aulnay-sous-Bois (Seine-et-Oise, Seine-Saint-Denis), puis partit travailler volontairement en Allemagne. Elle fit l’objet le 30 juillet 1946 d’une note de recherches pour crime de guerre ; l’enquête de la gendarmerie s’avéra infructueuse. Le 30 décembre 1947, le tribunal militaire de Paris inculpa Suzanne Louis « d’intelligence avec l’ennemi ».
La mention Mort pour la France fut attribuée à Hubert Louis par le Ministère des Anciens Combattants en date du 23 juillet 1971.
Son nom figure sur la cloche du Mémorial de la France combattante au Mont-Valérien.

Voir Mont-Valérien, Suresnes (Hauts-de-Seine)

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article146284, notice LOUIS Hubert par Daniel Grason, version mise en ligne le 2 mai 2013, dernière modification le 11 mai 2022.

Par Daniel Grason

SOURCES : Arch. PPo., 77W 2258. — DAVCC, Caen, Boîte 5, Liste S 1744-2213/41 (Notes Thomas Pouty). — Site Internet Mémoire des Hommes. — MémorialGenWeb. — Répertoire des fusillés inhumés au cimetière parisien d’Ivry.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément