QUIQUE Alain, James

Par Didier Bigorgne

Né le 10 octobre 1930 à Sin-le-Noble (Nord), mort le 25 février 2020 à Charleville-Mézières ( Ardennes) ; employé des PTT ; syndicaliste et militant communiste ; secrétaire de l’UD-CGT des Ardennes (1957-1965), puis membre du bureau départemental (1965-1988).

Fils de Jacques Quique, comptable qui devint secrétaire général de mairie, et d’Émilienne Meser, couturière, Alain Quique est l’aîné d’une famille de trois enfants. Il fréquenta l’école primaire de Vitry-en-Artois (Pas-de-Calais) où il obtint le DEPP (diplôme d’études primaires préparatoires) en 1941. Il poursuivit ses études au collège de Douai, puis de Vitry-en Artois d’où il sortit avec le brevet élémentaire.

Alain Quique entra dans la vie active, comme employé aux PTT, en novembre 1949. Il débuta sa carrière professionnelle au centre de chèques postaux de Lille. Nommé au service de la recette principale de la poste d’Arras en 1953, il y travailla jusqu’en 1956. À cette date, il fut muté à Charleville en qualité d’agent PTT. Le 4 novembre 1956, à Mézières, il épousa Jeannine Carré, ouvrière en bonneterie, qui lui donna cinq enfants (trois filles et deux garçons).

Alain Quique naquit dans une famille de tradition socialiste. Son père militait au Parti socialiste SFIO qu’il représenta à une élection pour le conseil général dans le canton de Vitry-en Artois. Membre du syndicat CGT, Alain Quique exerça rapidement des responsabilités syndicales dans les Ardennes. En 1957, il devint secrétaire départemental du syndicat des PTT, et secrétaire, responsable de la propagande, de l’UD-CGT. ; sa candidature sur la liste CGT aux élections du 13 décembre 1962 pour la caisse primaire de la Sécurité sociale fit état de ces deux fonctions. Il remplit la première jusqu’en 1985 ; il occupa la seconde jusqu’en mai 1965. À partir de cette date, il siégea au bureau de l’UD-CGT des Ardennes jusqu’au 2 décembre 1988. Enfin, il fut membre de la commission exécutive de 1988 à 1995.

Parallèlement à son engagement syndical, Alain Quoique adhéra au Parti communiste en 1956. Militant à la section de Mézières, il fut membre du comité fédéral des Ardennes du 31 juin 1959 au 10 mai 1964. Aux élections municipales des 14 et 21 mars 1965, il fut candidat sur la liste de son parti qui échoua à Mézières. Déçu de la politique menée par le Parti communiste, Alain Quique le quitta en 1981, tout en demeurant un compagnon de route. D’ailleurs, il le représenta aux élections de septembre-octobre 1988 pour le conseil général dans le canton de Villers-Semeuse. Il fut éliminé au premier tour en obtenant 603 voix sur 8 747 inscrits et 3 977 votants.

Alain Quique partit à la retraite en 1985. En 1998, il devint secrétaire départemental de l’Association des salariés et personnes sans emploi CGT. Ses obsèques eurent lieu au funérarium de Prix-lès-Mézières, le 2_ février 2020.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article146316, notice QUIQUE Alain, James par Didier Bigorgne, version mise en ligne le 6 mai 2013, dernière modification le 24 mai 2020.

Par Didier Bigorgne

SOURCES : Arch. comité national du PCF. — L’Ardenne syndicale, 1957 à 1995. — Presse locale. — Témoignage de l’intéressé.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément