LAMBERT Joseph

Par Pierre Schill

Né le 18 octobre 1900 à Schoeneck (Lorraine annexée), mort le 30 novembre 1972 à Forbach (Moselle)  ; mineur aux Houillères de Petite-Rosselle (Moselle)  ; militant du syndicat des mineurs de charbon CGT de Moselle  ; homme de confiance et délégué mineur.

Joseph Lambert était l’aîné d’une famille de onze enfants dont le patriarche, ouvrier de forge né en 1875 dans le Palatinat, était venu s’installer en Lorraine annexé au Reich à la fin du XIXe siècle.

Il commença à travailler au puits Simon des Houillères de Petite-Rosselle (Lorraine annexée) en mai 1914 où il fut d’abord affecté au jour avant d’occuper un emploi de mineur à partir de son retour du service militaire en novembre 1919.

Militant du syndicat CGT des mineurs il participa de manière active aux grèves du Front populaire.

Evacué dans le Pas-de-Calais en septembre 1939, il rentra en Moselle annexée au Reich hitlérien et retravailla aux houillères en juillet 1941. Inquiété par les Allemands, il cessa le travail à la mi-août 1941 lors du départ de la famille pour la Charente où Joseph Lambert travailla comme bûcheron à Jauldes. D’après son fils, il aurait aidé des maquisards repliés dans la forêt voisine de La Braconne.

À son retour en Moselle en juin 1945, il occupa un emploi de manœuvre au jour, toujours au puits Simon et recommença à militer à la CGT.

En décembre 1945, il fut élu homme de confiance (Vertrauensmann) du puits Simon des Houillères de Petite-Rosselle. Il l’était encore en juin 1949 puis en mai 1951

En mai 1948 il était délégué mineur de la circonscription Simon (jour) du groupe de Petite-Rosselle des Houillères du Bassin de Lorraine (HBL) et fut très actif pendant la grève de l’automne 1948.

Il se représenta aux élections de délégué mineur en avril 1949 mais ne fut pas réélu même s’il rassembla 50,6 % des suffrages exprimés. Le candidat de la CFTC fut élu en obtenant seulement 36,9 % des suffrages exprimés : cela était lié aux spécificités d’un mode de scrutin qui garantissait une représentation minimale à tous les syndicats et que la CGT dénonçait comme étant la « loi des voleurs ».

Joseph Lambert fut donc obligé de retrouver un emploi et fut affecté à un poste de pompier toujours au puits Simon. Il prit sa retraite en décembre 1959.

Joseph Lambert se maria en 1921 avec Catherine née Schiffmann dont il eut cinq enfants.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article146422, notice LAMBERT Joseph par Pierre Schill, version mise en ligne le 15 mai 2013, dernière modification le 15 mai 2013.

Par Pierre Schill

SOURCES : Archives des HBL : dossier personnel ; Vt 233- B95 et B130. - Renseignements fournis par Alfred Lambert, son fils et par Rodolphe Hell. — Pierre Schill, 1936. Visages et figures du Front populaire en Moselle, Metz, éditions Serpenoise, 2006.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément