MORÈRE Guy, Guillaume

Par Jacques Girault

Né et mort à Bordeaux (Gironde), 8 octobre 1923-7 mai 1997 ; instituteur en Gironde, dans le Puy-de-Dôme puis dans la Vienne ; militant syndicaliste ; militant communiste.

Fils d’un maçon, tailleur de pierres, communiste, Guy Morère entra à l’École normale d’instituteurs de Bordeaux et obtint le baccalauréat. Inscrit dans une organisation de résistance à l’école normale, responsable local en relation avec la jeunesse communiste, il fut arrêté par la police allemande, le 30 juin 1943 dans le train Bordeaux-Hendaye alors qu’il se rendait en vacances à Dax. Accusé sans fondement de vouloir passer en Espagne, il fut libéré de la prison de Bayonne le 13 août 1943 et fut surveillé étroitement jusqu’à la fin de la guerre.

Guy Morère adhéra aux Jeunesses communistes à la Libération et au Parti communiste français en 1946. Secrétaire de sa cellule, membre du comité de la section communiste de Bordeaux, il suivit en 1948 une école fédérale. Il était aussi membre de l’Union française universitaire.

Guy Morère effectua son service militaire d’août 1944 à novembre 1945 et le termina en Allemagne comme sergent dans un régiment d’infanterie.

Instituteur à Bordeaux, Guy Morère, membre du Syndicat national des instituteurs en 1946, appartint au courant "cégétiste" du SNI et adhéra à la FEN-CGT en 1948.

Guy Morère se maria en septembre 1949 à Brassac-les-Mines (Puy-de-Dôme) avec Suzanne Chevrin, née le 25 septembre 1924 dans cette commune, fille d’un mineur, institutrice communiste. Le couple eut un enfant.

Guy Morère obtint son exeat pour le Puy-de-Dôme. Instituteur avec son épouse à Sauret-Besserve par Saint-Gervais-d’Auvergne, il milita dans le courant « cégétiste » de la section départementale du SNI et fut membre de la commission administrative de la section départementale de la FEN-CGT tout en étant membre du conseil syndical de la section départementale du SNI. Il participa à des voyages organisés en Italie en 1950 et 1951 par la Fédération internationale des syndicats d’enseignants.

Dans ce département où les « cégétiste » étaient nombreux, Guy Morère fut élu au conseil départemental de l’enseignement primaire en 1951. Il participa à la démission collective décidée par le SNI pour protester contre la politique répressive du gouvernement et sa politique antilaïque à la fin de 1953. Il fut réélu en janvier 1954 avec beaucoup plus de voix qu’en 1951. Nommé à Gignat, il devint le secrétaire de l’amicale laïque locale au début des années 1960. Il obtint par la suite un poste au cours complémentaire de Boudes.

Dans le PCF, Guy Morère, membre du bureau de la cellule communiste de Sauret-Besserve, suivit le stage organisé pour les instituteurs communistes (5-17 juillet 1953) puis devint membre de la commission fédérale de contrôle financier de 1957 à 1959.

Toutefois, Guy Morère, devenu professeur d’enseignement général à Montmorillon (Vienne), membre du secrétariat de la section communiste, entra au comité de la fédération communiste de la Vienne en 1961-1962, puis revenu dans le Puy-de-Dôme, fut secrétaire de la cellule communiste de Boudes à partir de 1964. Il fut candidat au Conseil général de la Vienne dans le canton de La Tremouille en 1961.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article146455, notice MORÈRE Guy, Guillaume par Jacques Girault, version mise en ligne le 15 mai 2013, dernière modification le 15 mai 2013.

Par Jacques Girault

SOURCES : Archives du comité national du PCF.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément