MORIS Albert, Jean, Achille

Par Jacques Girault

Né le 19 avril 1907 à Paris (Ve arr.), mort le 11 juin 2006 à Paris (XIIIe arr.) ; professeur d’éducation physique ; militant syndicaliste ; militant communiste à Paris.

Ses parents étaient crémiers. Son père mourut en 1913 ; sa mère devint par la suite communiste. Titulaire du brevet élémentaire, après avoir effectué son service militaire dans l’infanterie et l’avoir terminé avec le grade d’adjudant, Albert Moris exerça le métier d’argenteur doreur, puis entra dans le corps de professeurs spéciaux de la ville de Paris comme professeur d’éducation physique.

Il se maria en juillet 1931 à Paris (IXe arr.) avec Geneviève Deramant, elle aussi professeur d’éducation physique, militant communiste, fille d’un comptable, ancien membre du Parti social français, devenu après la guerre sympathisant du MRP, marié avec une couturière-giletière. Le couple avait un enfant en 1936 et habitait le XXe arrondissement.

Albert Moris entra à la CGT en 1928-1929 et devint le secrétaire de la section des professeurs spéciaux de la ville de Paris. Adhérent en 1934-1935 de JEUNES, mouvement animé par Jean Nocher, il remplit un bulletin d’adhésion au Parti communiste en décembre 1938 mais ne fut jamais convoqué à une réunion. Il fréquenta l’Université ouvrière en 1937-1938 pour apprendre le Russe.

En septembre 1939, Albert Moris fut mobilisé dans un régiment de pionniers comme adjudant. Fait prisonnier en juin 1940 au camp de Dieuze, il fut envoyé au Stalag XII A à Leurburg en décembre 1940 où, considéré comme un meneur, il subit diverses sanctions. Il tenta de s’évader en juillet 1942, fut pris, puis à la suite d’une nouvelle évasion, repris, il purgea neuf mois de prison. Déporté en Styrie puis dans la Ruhr, il fut délivré par les troupes américaines en avril 1945 et arriva en France, le 8 mai 1945.

Toujours militant du Parti communiste français, Albert Moris fut élu au comité de la section communiste Saint-Fargeau. En 1959, militant du quartier de Ménilmontant, il fut candidat aux élections municipales dans le neuvième secteur regroupant les XIXe et XXe arrondissements de Paris.

Albert Moris était membre de la Ligue de l’enseignement, de l’Union des patronages, des Francs et franches camarades, de la caisse des écoles, du Comité départemental d’action laïque, du patronage du XXe arrondissement. Il habita par la suite à L’Hay-les-Roses (Val-de-Marne).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article146466, notice MORIS Albert, Jean, Achille par Jacques Girault, version mise en ligne le 15 mai 2013, dernière modification le 15 mai 2013.

Par Jacques Girault

SOURCES : Archives du comité national du PCF. — Presse nationale.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément