MORVAN Pierre [MORVAN Eugène, Louis, Pierre]

Par Alain Dalançon, Jacques Girault

Né le 30 novembre 1889 à Sourdeval-la-Barre (Manche), mort le 5 juin 1985 à Sèvres Anxaumont (Vienne) ; professeur à Fontainebleau (Seine-et-Marne) ; militant radical-socialiste ; militant syndicaliste.

Aîné d’une fratrie de cinq enfants, fils de Maria Drevel, ménagère, et de Pierre, Jean Morvan, plâtrier, qui mourut dans son enfance, Pierre Morvan obtint le baccalauréat en 1908.

Après avoir été précepteur pendant deux années, il accomplit son service militaire qu’il termina au grade de sergent.

Il fut mobilisé de 1915 à 1919 comme brancardier dans l’infanterie, puis acheva à la Sorbonne, en 1919, une licence de lettres et grammaire (langue et littérature classique).

Pierre Morvan se maria avec Marie-Louise Brochet, institutrice, le 25 septembre 1919 à Angrie (Maine-et-Loire). Le couple eut deux filles.

Professeur délégué à l’école primaire supérieure de Savenay (Loire-Atlantique) en 1920, Pierre Morvan fut muté au collège de Beaufort-en-Vallée (Maine-et-Loire) l’année suivante pour enseigner la philosophie. En 1930, à la suite d’une affaire personnelle, il demanda sa mutation pour raisons de santé, le principal souhaitant qu’il soit déplacé dans un poste très éloigné. Après des interventions de son épouse et d’un député qui le présentait comme un militant radical-socialiste, il obtint un poste au collège de Gray (Haute-Saône) en 1931. Il fut muté au collège Carnot à Fontainebleau en 1934, où il enseigna les lettres classiques jusqu’à sa retraite en 1955, l’établissement étant alors devenu lycée. Il était le collègue de James Guérrapin et militait au Syndicat des professeurs de collèges qui fusionna dans le Syndicat du personnel de l’enseignement secondaire en 1937.

En 1945-1946, Pierre Morvan était chargé des activités sociales de son collège et du parrainage avec les établissements sinistrés. Militant du Syndicat national de l’enseignement secondaire, il fut élu membre suppléant au Conseil de l’enseignement de second degré (licenciés littéraires) en 1946 et en 1950.

En février 1948, il signa la déclaration publiée dans L’Université syndicaliste, intitulée « Pour un syndicalisme indépendant », favorable à l’affiliation du SNES à la CGT-FO.

À l’appel d’Henri Maunoury, il fut élu membre de la commission administrative fédérale au congrès de 1951, pour représenter les professeurs de collèges, et siégea dans les commissions défense laïque et pédagogique.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article146486, notice MORVAN Pierre [MORVAN Eugène, Louis, Pierre] par Alain Dalançon, Jacques Girault, version mise en ligne le 16 mai 2013, dernière modification le 25 mai 2021.

Par Alain Dalançon, Jacques Girault

SOURCES : Arch. Nat., F17/25651 A. — Arch. IRHSES, dont Congrès, CA du SNES et presse syndicale. — Arch. Dep. Manche, état civil en ligne.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément