CLAVERIE François

Par Alain Prigent, Serge Tilly

Né le 12 octobre 1879 à Le Cuing (Haute-Garonne), fusillé le 23 juillet 1942 à Saint-Jacques-de-la-Lande (Ille-et-Vilaine) ; cultivateur.

François Claverie
François Claverie
Fichier de l’Association des familles de fusillés, Musée de la résistance nationale.

François Claverie était le fils de Jean-Bernard Claverie, agriculteur né en 1837, et de Bertrande Verdier, ménagère de vingt et un ans. Il quitta le Sud-Ouest pour la région parisienne où il se maria en 1899 à Gagny (Seine-et-Oise, Seine-Saint-Denis). Veuf, il épousa en secondes noces Anne-Marie Mudès en 1924 dans le Xe arrondissement de Paris. Installé à Kervegan en Plouézec (Côtes-du-Nord, Côtes-d’Armor) depuis 1939, François Claverie, cultivateur, avait un enfant. Le jeudi 11 juin 1942, il fut arrêté sur dénonciation à 7 heures du matin à son domicile pour détention d’un vieux pistolet, d’une canne fusil et d’un fusil allemand datant de la guerre de 1914-1918. Condamné à mort, il a été fusillé le 23 juillet 1942 à 14 heures au camp de La Maltière en Saint-Jacques-de-la-Lande. À soixante-trois ans, il fut le plus vieux fusillé du département. Le nom de François Claverie figure sur La plaque du camp de La Maltière en Saint-Jacques-de-la-Lande. Selon les indications reportées sur son acte de naissance, il serait « Mort pour la France » le 23 juin 1944 à Rennes. En 2011, son nom ne figurait pas sur le monument aux morts de sa commune natale.

Site des Lieux de Mémoire du Comité pour l’Étude de la Résistance Populaire dans les Côtes-du-Nord

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article146761, notice CLAVERIE François par Alain Prigent, Serge Tilly, version mise en ligne le 25 mai 2013, dernière modification le 17 décembre 2018.

Par Alain Prigent, Serge Tilly

François Claverie
François Claverie
Fichier de l’Association des familles de fusillés, Musée de la résistance nationale.

SOURCES : DAVCC, Caen (Notes Thomas Pouty). – Arch. Dép. Côtes-d’Armor, 2W107. – Alain Prigent, Serge Tilly, « Les fusillés et les décapités dans les Côtes-du-Nord (1940-1944) », Les Cahiers de la Résistance populaire dans les Côtes-du-Nord, no 12, 2011. – Serge Tilly, « L’occupation allemande dans les Côtes-du-Nord (1940-1944), Les lieux de mémoire », Cahiers de la Résistance populaire dans les Côtes-du-Nord, no 10, 2004 et no 11, 2005. – Renseignements fournis par la mairie de Le Cuing.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément