DAVID Auguste

Par Alain Prigent, Serge Tilly

Né le 24 mars 1920 à Callac-de-Bretagne (Côtes-du-Nord, Côtes-d’Armor), fusillé le 8 juin 1944 à Rennes (Ille-et-Vilaine) ; coiffeur ; FTPF ; militant des Jeunesses communistes.

Auguste David était le fils de Jean Marie David, maçon, et de Marie Alexandrine Le Men, ménagère. Coiffeur à Callac-de-Bretagne, rue de Clesmeur, Auguste David, militant des Jeunesses communistes clandestines, fut interné à Châteaubriant (Loire-Inférieure, Loire-Atlantique) le 27 octobre 1941 pour avoir distribué des tracts communistes au printemps 1941. Libéré le 6 juin 1942, il intégra un groupe FTP du Finistère pour échapper au Service du travail obligatoire (STO). Participant à l’attaque de la mairie de Plounévez-du-Faou le 3 août 1943, il fut arrêté le lendemain par le gendarme Le Noan de la brigade de Callac-de-Bretagne. Il fut incarcéré à Brest puis à Rennes. Le 7 juin 1944, il fut condamné à la peine de mort par un tribunal allemand et fusillé le lendemain à la caserne du Colombier à Rennes avec trente et un autres camarades dont huit Républicains espagnols. Auguste David avait vingt-quatre ans.
Son frère Joseph David né le 27 septembre 1921 à Callac-de-Bretagne, ouvrier agricole, demeurant 8 rue Traversière à Callac-de-Bretagne, fut arrêté lors de la rafle de Callac-de-Bretagne le 9 avril 1944. Il fut déporté au camp de concentration de Buchenwald (Allemagne) où il décéda le 16 mars 1945.
Le nom d’Auguste David figure sur Le monument du Colombier à Rennes, sur La plaque de la salle des fêtes de Callac-de-Bretagne et sur Le monument de la Déportation et de la Résistance, La Pie en Paule (Côtes-du-Nord, Côtes-d’Armor).
L’acte d’état civil comporte la mention « Mort pour la France ».

Site des Lieux de Mémoire du Comité pour l’Étude de la Résistance Populaire dans les Côtes-du-Nord

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article146762, notice DAVID Auguste par Alain Prigent, Serge Tilly, version mise en ligne le 25 mai 2013, dernière modification le 29 décembre 2021.

Par Alain Prigent, Serge Tilly

SOURCES : Arch. Dép. Côtes-d’Armor, 2W128, 1043W31 à 34, activité du PCF (1940-1944). – Arch. Dép. Ille-et-Vilaine, 213W68, dossier de la cour de justice de Rennes, Procès Léon Renard, juin 1946. – L’Aube Nouvelle, Ouest-Matin. – Louis Pichouron, Mémoire d’un partisan breton, Presses universitaires de Bretagne, 1969. – Alain Prigent, Histoire des communistes des Côtes-du-Nord (1920-1945), Saint-Brieuc, 2000. – Alain Prigent, Serge Tilly, « Les fusillés et les décapités dans les Côtes-du-Nord (1940-1944) », Les Cahiers de la Résistance populaire dans les Côtes-du-Nord, no 12, 2011. – Serge Tilly, « L’occupation allemande dans les Côtes-du-Nord (1940-1944), Les lieux de mémoire », Cahiers de la Résistance populaire dans les Côtes-du-Nord, no 10, 2004 et no 11, 2005. – État civil, Callac-de-Bretagne.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément