CRÉNO Francis, Louis, Marie, Ange

Par Jean-Pierre Besse, Alain Prigent, Serge Tilly

Né le 16 août 1909 à Bourseul (Côtes-du-Nord, Côtes-d’Armor), fusillé comme otage le 15 décembre 1941 au Mont-Valérien, commune de Suresnes (Seine, Hauts-de-Seine) ; chaudronnier ; militant du Parti communiste.

Francis Créno était le fils de Louis Créno, cultivateur né en 1868, et de Marie-Josèphe Gourieux, ménagère née en 1878. Comme de nombreux Bretons, Francis Créno quitta sa commune natale pour la région parisienne. Chaudronnier de métier, il résidait à Aulnay-sous-Bois (Seine-et-Oise, Seine-Saint-Denis) où il se maria en août 1934 avec Jeanne Michaud.

Francis Créno fut arrêté le 28 octobre 1941 et condamné le 7 novembre suivant par le tribunal militaire allemand de la Feldkommandantur de Saint-Cloud (Seine-et-Oise, Hauts-de-Seine) à quinze ans de prison pour distribution de tracts subversifs et détention d’armes. Le 5 décembre 1941, à la suite d’un attentat contre les troupes d’occupation dans la région parisienne, les autorités allemandes décidèrent de procéder à l’exécution d’une centaine d’otages qui « avaient des rapports certains avec des auteurs des attentats ». Cette décision fut affichée sur les murs de la capitale du 14 décembre 1941. Le lendemain, les soixante-dix suppliciés, dont Francis Créno, furent conduits en camion au Mont-Valérien. Ils ont été fusillés dans la clairière du fort par petits groupes de 10 h 10 à 13 h 30 par un contingent de plusieurs dizaines de soldats réquisitionnés à cet effet. Francis Créno avait trente-deux ans.
Son corps fut inhumé le 16 décembre 1941 à La Garenne-Colombes (Seine, Hauts-de-Seine). Des obsèques solennelles furent célébrées le 4 novembre 1944 à Aulnay-sous-Bois où une rue porte son nom. Son nom figure sur La cloche du Mémorial de la France combattante au Mont-Valérien à Suresnes.

Site des Lieux de Mémoire du Comité pour l’Étude de la Résistance Populaire dans les Côtes-du-Nord

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article146798, notice CRÉNO Francis, Louis, Marie, Ange par Jean-Pierre Besse, Alain Prigent, Serge Tilly, version mise en ligne le 27 mai 2013, dernière modification le 17 décembre 2018.

Par Jean-Pierre Besse, Alain Prigent, Serge Tilly

SOURCES : Arch. Dép. Seine-et-Oise et Yvelines, 1W104, 1W371. – Arch. mun. Aulnay-sous-Bois. – Dossier au secrétariat d’État aux Anciens Combattants. – Alain Prigent, Serge Tilly, « Les fusillés et les décapités dans les Côtes-du-Nord (1940-1944) », Les Cahiers de la Résistance populaire dans les Côtes-du-Nord, no 12, 2011. – État civil, Bourseul. – Notes Nadia Ténine.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément