SIMON Yves, Théophile

Par Alain Prigent, Serge Tilly

Né le 25 février 1921 à Bourbriac (Côtes-du-Nord, Côtes-d’Armor), fusillé le 8 juin 1944 à Rennes (Ille-et-Vilaine) ; coiffeur ; résistant au sein des FTPF.

Yves Simon était le fils de Jean-Marie Simon, cultivateur, et de Marie, Perrine Cadoudal, ménagère. Le 14 mai 1944, Yves Simon fut arrêté à Carhaix (Finistère). Le 7 juin 1944, il fut condamné à la peine de mort par le tribunal militaire allemand FK 748 de Rennes et fusillé le lendemain à la caserne du Colombier à Rennes, avec trente et un autres camarades, dont huit Républicains espagnols. Yves Simon avait vingt-trois ans.

Son nom figure sur Le monument du Colombier à Rennes.
On ignore l’endroit où il fut inhumé.

Site des Lieux de Mémoire du Comité pour l’Étude de la Résistance Populaire dans les Côtes-du-Nord

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article146832, notice SIMON Yves, Théophile par Alain Prigent, Serge Tilly, version mise en ligne le 28 mai 2013, dernière modification le 4 février 2021.

Par Alain Prigent, Serge Tilly

SOURCES : Arch. Dép. Côtes-d’Armor, 165J3, 1176W1, 1140W83. – DAVCC, Caen (Notes Jean-Pierre Besse et Thomas Pouty). – Serge Tilly, « L’occupation allemande dans les Côtes-du-Nord (1940-1944), Les lieux de mémoire », Les Cahiers de la Résistance populaire dans les Côtes-du-Nord, no 10, 2004 et no 11, 2005. – Alain Prigent, Serge Tilly, « Les fusillés et les décapités dans les Côtes-du-Nord (1940-1944) », Les Cahiers de la Résistance populaire dans les Côtes-du-Nord, no 12, 2011. – État civil, Bourbriac.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable