NICOUD Marcel, Antoine

Par Alain Dalançon

Né le 17 janvier 1904 à Lyon (2e arr.) (Rhône), mort le 17 août 1990 à Macon (Saône-et-Loire) ; professeur d’école primaire supérieure puis de collège moderne dans le Rhône ; militant syndicaliste, secrétaire de la section départementale du Rhône du SNEPS puis du SNCM puis du SNES ; militant socialiste.

Fils de Claude Joseph Nicoud, préposé des douanes, et de Françoise Magnin, sans profession, Marcel Nicoud fut élève à l’École normale d’instituteurs de Lyon en 1922 et effectua une 4e année d’EN en 1923-1924. Il obtint la 1ère partie du certificat d’aptitude au professorat dans les EN et les EPS en 1924 et commença sa carrière professionnelle comme instituteur en 1925 à l’école de la Combe Blanche puis l’école Jacquard. Après avoir effectué son service militaire de mai 1925 à mai 1926 en suivant les EOR, il reprit son enseignement en 1927 comme instituteur délégué à l’EPS de Rethel (Ardennes) où il enseignait les mathématiques et le dessin industriel. Après avoir obtenu un certificat de licence de mathématiques générale et passé avec succès la 2e partie du CA de professeur en 1931, il fut nommé professeur de sciences à l’EPS de garçons de Villefranche-sur-Saône (Rhône). Il épousa le 10 avril 1933, à Lyon (6e arr.), Marthe Bonzon qui enseignait à l’EPS de filles de la même ville.

Franc-maçon, il était conseiller municipal socialiste à Villefranche-sur-Saône et militait au Syndicat national des écoles primaires supérieures, dont il était secrétaire de la section départementale du Rhône. Mobilisé en 1939 comme lieutenant dans l’infanterie alpine, il fut démobilisé en 1940. Après un passage à l’EPS de Brignoles (Var) en 1941 puis à celle d’Aix (Bouches-du Rhône) en 1942, il fut démissionnaire d’office en novembre 1942 en raison de son appartenance à la franc-maçonnerie comme officier de loge, tout en pouvant faire valoir ses droits à la retraite. Il donna alors des cours à « l’École universelle ».

Réintégré le 11 octobre 1944 au collège moderne de Lyon, qui devint le lycée Saint-Exupéry, tout en s’investissant dans les œuvres péri et post-scolaires laïques, il recommença à militer au Syndicat national des collèges modernes dont il fut secrétaire départemental jusqu’en 1948. Après la fusion du Syndicat national de l’enseignement secondaire et du SNCM en 1949, il devint secrétaire de la section départementale (S2) du SNES du Rhône, demandant à être remplacé au bout de quelques années mais sans jamais trouver de remplaçant. Il refusa d’être réélu à la rentrée 1957 et fut remplacé par Louis Duvert. Devenu professeur certifié de sciences physiques, il prit sa retraite en 1965.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article147171, notice NICOUD Marcel, Antoine par Alain Dalançon, version mise en ligne le 10 juin 2013, dernière modification le 10 juin 2013.

Par Alain Dalançon

SOURCES : Arch. Nat. F 17/28546. — Arch. IRHSES (dont souvenirs de Louis Duvert rédigés en 1984). — Notes de Jacques Girault.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément