OTHILY Léo, Philippe, Saint-Edgard

Par Jacques Girault

Né le 26 mai 1917 à Mana (Guyane française), mort le 29 mai 2015 à Cayenne (Guyane) ; instituteur en Guyane ; militant syndicaliste et associatif.

Léo Othily
Léo Othily

Son père, bijoutier et exploitant agricole de tendance socialiste, était catholique non pratiquant et sa mère avait une « pratique religieuse sans excès ». Léo Othily reçut les premiers sacrements catholiques. Après avoir obtenu le certificat d’études primaires à Mana, il poursuivit, avec son frère, ses études à Cayenne puis entra à l’Ecole normale d’instituteurs de Cayenne en 1935. Titulaire du brevet supérieur, instituteur en octobre 1938, il obtint en 1939, une nomination à l’école d’Iracoubo. Mais il fut mobilisé en septembre 1939 à la caserne Loubère de Cayenne. Il reprit son poste d’instituteur à la rentrée de 1940 puis fut muté à Montjoly en 1941. En 1942-1943 , nommé à Cayenne à l’école de garçons Samuel Chambeaud, où avec d’autres enseignants, il constitua une équipe de football « L’étoile du matin » en 1942-1943.

Après avoir été à nouveau mobilisé en Martinique en 1944, il enseigna à Mana de 1946 à 1950, renommé à l’école Samuel Chambeaud de Cayenne. En 1961, il devint directeur de la nouvelle école de Mirza (école Edmard Malacarnet) où il encouragea la création des méthodes d’éducation active, notamment des enquêtes pour la découverte du milieu guyanais. Avec l’appui des parents, dans cet établissement qu’il dirigea jusqu’à sa retraite en 1976, furent inaugurés les études surveillées et les cours d’adultes.

Membre des éclaireuses et éclaireurs de France en Guyane, Léo Othily, un des dirigeants de la branche Scoutisme avec le totem « Jaguar Sympathique », fut nommé assistant du commissaire de provinces, le 14 mai 1949, puis commissaire régional en 1965.

Il se maria en octobre 1946 à Cayenne. Le couple eut sept enfants qui furent baptisés et s’ajoutèrent aux deux autres enfants eus avant son mariage.

Léo Othily, en 1950, secrétaire de la section du Syndicat national des instituteurs, profitait de ses congés en métropole pour « s’imprégner du sens des activités syndicales et administratives ».

Il fut à l’origine de l’organisation des centres d’entraînement aux méthodes d’éducation actives de 1952 à 1954. Il créa le premier stage de formation de moniteurs et de directeurs de colonies de vacances en Guyane. En 1955, détaché à la Fédération des œuvres laîques, il s’occupa d’activités périscolaires (création d’un club de théâtre à Mirza, avec d’anciens élèves), ce qu’il poursuivit pendant toute sa carrière (constitution d’une équipe de football « L’Etoile du Matin », animation de club nautique de Montravel à Montjoly, encadrement de colonies de vacances et de camps d’éclaireurs). Il sympathisait, après sa retraite, avec le groupe folklorique guyanais « Les lauriers roses », actif en métropole et à l’étranger.

Membre de la Libre pensée, Léo Othily, franc-maçon, franchit divers degrés. Il participa à la création du Crédit populaire de Guyane en octobre 1969 et en demeura administrateur. Membre du Parti socialiste SFIO, puis du Parti socialiste, pour les élections municipales de 1971 à Mana, il tenta en vain de constituer une liste et fut candidat aux élections cantonales en 1973.

Il présidait la Société guyanaise de natation en 1983 puis la délégation départementale des CEMEA de 1986 à 1990. Après sa retraite en 1986, il constitua l’association des délégués départementaux de l’Éducation nationale en Guyane et fut membre fondateur du club des retraités de la Mutuelle générale de l’Éducation nationale (« Art de vivre »). En 2013, il restait « un combattant qu’on ne peut définir » selon sa fille.

En 1993, son nom fut donné au collège de Mana.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article147363, notice OTHILY Léo, Philippe, Saint-Edgard par Jacques Girault, version mise en ligne le 20 juin 2013, dernière modification le 14 avril 2021.

Par Jacques Girault

Léo Othily
Léo Othily

SOURCES : Renseignements fournis par l’intéressé et sa fille. — Presse syndicale. — Entretien avec la presse, figurant sur le site Internet.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément