PAEMELAERE (de), Frédéric, Charles

Par Jacques Girault

Né le 7 juillet 1879 à Paris ; inspecteur primaire à Paris ; militant amicaliste ; collaborateur du Syndicat national des instituteurs.

Après avoir obtenu le baccalauréat en 1897, Frédéric de Paemelaere occupa un emploi de répétiteur non rétribué au collège Chaptal à Paris (1899-1900 et prépara le concours de l’École normale supérieure primaire de Saint-Cloud où il entra en 1900 dans la section scientifique. Il effectua son service militaire en 1902-1903. Titulaire du certificat d’aptitude à l’enseignement des disciplines scientifiques dans les écoles normales (1902), il fut nommé professeur au cours normal et au lycée de Fort-de-France (Martinique) en 1903. Il effectua de missions d’inspection primaire en 1905 puis en 1910. Titulaire du certificat d’aptitude à l’inspection primaire (1911), il fut nommé titulaire de l’emploi d’« inspection spéciale des indigènes » dans le département d’Oran (Algérie) en 1912.

Il se maria en octobre 1903 à Paris avec une employée, fille d’un marchand de bois, comptable, originaire de Verviers (Belgique).

Mobilisé en 1914, ayant contracté la typhoïde aux Éparges, il fut évacué en 1916 et affecté en octobre dans un régiment de zouaves à Oran, où il put continuer ses inspections. Nommé en 1919 inspecteur primaire à Sidi Bel Abbès, il manifestait des idées politiques socialistes si bien que le vice-recteur en 1921 lui demandait d’être « extrêmement prudent » dans la manifestations de ses options politiques et sociales. Il obtint la direction de l’école primaire supérieure de Sidi Bel Abbès en octobre 1921. Mais, ne réussissant pas à imposer ses idées pédagogiques, notamment sur l’utilisation du cinéma à l’école, quelques mois après, il souhaita réintégrer l’inspection primaire en métropole et fut nommé dans le Nord dans la circonscription de Cambrai en 1922. Il y resta six années pendant lesquelles sa réussite fut reconnue par tous. Ses conférences pédagogiques furent publiées dans le bulletin de la Bibliothèque pédagogique de Cambrai qu’il avait relancé. Il préconisait une rupture pédagogique afin de faire aimer l’école. Il signa notamment un manuel scolaire avec Fernand Gillard, Arithmétique du bon sens et de la vie. Il fut nommé inspecteur en Seine-et-Oise en 1928 dans la circonscription de Corbeil en 1928 puis intégra la Seine en 1930, poste qu’il occupa jusqu’à la retraite en 1939.

Membre depuis les années 1920 du bureau national de l’Association amicale des inspecteurs de l’enseignement primaire, il en devint le président en 1931. Lors du congrès pour l’adaptation de l’enseignement dans les colonies en septembre 1931 à l’occasion de l’Exposition coloniale, rapporteur pour l’Algérie, il présenta de façon positive l’action éducative de la France en Algérie. En bonnes relations avec le Syndicat national des instituteurs, il collabora avec le ministère sous le Front populaire, d’accord notamment avec des méthodes plus actives et participa avec les revues pédagogiques. Après la Libération, toujours proche du SNI, il publia dans L’Ecole libératrice en 1945 des articles sur la morale et l’éducation civique.

Il écrivit plusieurs préfaces à des ouvrages destinés à l’enseignement dont celui d’Albert Demangeon et Charles Gudin, Paris et le département de la Seine, plusieurs fois réédités après la première édition de 1934. Il préfaça aussi des ouvrages de lectures pour la jeunesse présentant les auteurs dont Paul Arène, André Theuriet, Mark Twain. Il signa avec Louis Augé un manuel sur L’Administration scolaire (1935) et collabora à un ouvrage L’orientation professionnelle et l’école.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article147397, notice PAEMELAERE (de), Frédéric, Charles par Jacques Girault, version mise en ligne le 22 juin 2013, dernière modification le 18 août 2018.

Par Jacques Girault

SOURCES : Arch. Nat., F17/24757. — Presse syndicale.. — Notes de Jacqueline Beckers et de Gérard Vigner.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément