PAGÈS Antoine, Robert

Par Jacques Girault

Né le 25 janvier 1931 à Perpignan (Pyrénées-Orientales) ; professeur ; militant du SNES et du SNET ; militant du PCF dans l’Aude.

Son père, jardinier, et sa mère, sympathisante communiste, divorcèrent en 1945. Après avoir obtenu le baccalauréat, Antoine Pagès commença des études de sciences à la Faculté de Montpellier tout en étant surveillant. Titulaire de la licence ès sciences, il devint professeur et enseignait au lycée technique de Narbonne (Aude) dans les années 1960. Titulaire du certificat national pour l’enseignement des disciplines artistiques, il avait des responsabilités dans la section départementale de l’association des professeurs de mathématiques.

Il se maria en octobre 1955 à Mende (Lozère) avec une puéricultrice, fille d’un typographe. Le couple avait deux enfants en 1969. Il effectua son service militaire de février 1958 à octobre 1959.

Membre du Syndicat national de l’enseignement secondaire en 1950, il était le secrétaire adjoint de la section (S1) de son lycée, de sa section départementale (S2) du SNES. Puis quand il enseigna au lycée technique de Narbonne, il milita au Syndicat national de l’enseignement technique et fut élu membre suppléant de la commission administrative nationale sur la liste « Union pour une action syndicale efficace » en 1964. Il milita ensuite au nouveau SNES dans la tendance « Unité et Action » et fut élu membre titulaire de la CA nationale en 1966, son homonyme Pagès, certifié à Nîmes, et venant de l’ancien SNES, étant élu suppléant. Il était aussi au début des années 1970 le secrétaire adjoint de la section départementale de la Fédération de l’Education nationale.

Antoine Pagès adhéra à l’Union de la jeunesse républicaine de France en 1946 et en devint membre du bureau fédéral en 1946-1947.

Membre du Parti communiste français depuis 1946, Pagès était membre du comité et du bureau de la section communiste de Narbonne. Entré au comité de la fédération communiste de 1979 à 1974, il s’occupait de la jeunesse. A la réunion du comité fédéral du 22 octobre 1969, il s’abstint lors du vote pour condamner l’ouvrage de 80 pages d’Henri Callat « Pour Garaudy » qui était, selon le secrétaire fédéral, « en opposition radicale avec la politique du Parti ». Il suivit l’école d’un mois du PCF en 1972. Au milieu des années 1970, il abandonna ses responsabilités politiques et fut écarté du comité fédéral par la conférence fédérale d’octobre 1974.

Antoine Pagès fut candidat aux élections municipales de Narbonne en mars 1971 en cinquième position sur la liste « pour une gestion sociale, démocratique et moderne » présentée par le PCF.

Il militait aussi dans le Mouvement de la Paix dans son bureau départemental et dans l’association France-URSS.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article147403, notice PAGÈS Antoine, Robert par Jacques Girault, version mise en ligne le 22 juin 2013, dernière modification le 14 juin 2015.

Par Jacques Girault

SOURCES : Archives du comité national du PCF. — Arch. IRHSES. — Notes d’Alain Dalançon et de Pierre Gros.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément