PAPIN Renée [née MORLAIS Renée, Ernestine, Albertine]

Par Jacques Girault

Née le 23 juin 1926 à Rennes (Ille-et-Vilaine), morte le 9 septembre 2012 à Nantes (Loire-Atlantique) ; professeure ; militante du SNES ; militante communiste en Charente-Maritime puis en Loire-Atlantique.

Fille d’un commis aux chemins de fer et d’une couturière, Renée Morlais effectua ses études au lycée de Rennes pendant l’Occupation. Surveillante, elle adhéra au Syndicat national de l’enseignement secondaire en 1948. Elle adhéra ensuite au Parti communiste français en mai 1954 à Vannes, où elle était professeure au lycée et fut reçue à l’agrégation féminine des lettres en 1955, alors qu’elle était affectée au lycée de Rouen.

Renée Morlais se maria en juillet 1956 à Rouen (Seine Inférieure/Maritime) avec Claude Papin, professeur communiste. Le couple eut trois enfants. Ils furent nommés à La Rochelle en 1956, elle au collège de jeunes filles, futur lycée Jean Dautet, puis elle obtint sa mutation pour le lycée Guist’hau de Nantes en 1962.

Militante du SNES dans toutes ses affectations, elle fut trésorière de la section syndicale (S1) à Rouen et secrétaire du S1 du lycée Guist’hau. En 1975, elle devint membre du bureau de la section académique (S3) de Nantes et suivait la question des femmes.

Membre du bureau de la section communiste de La Rochelle, animatrice du foyer de l’Union des jeunes filles de France, elle était membre du bureau fédéral de l’Union des femmes de France. Elle entra au comité de la fédération communiste en 1959 et ne fut pas reproposée par la conférence fédérale de 1961. En effet, lors de la conférence fédérale du 28 janvier 1961, elle s’abstint, comme son mari, sur la résolution condamnant Marcel Servin et Laurent Casanova, tout en étant d’accord avec la position générale de la direction du PCF rappelée lors de la conférence pat Georges Gosnat. Selon le rapport de ce dernier, elle était sous l’influence de son mari, estimait qu’elle manquait d’éléments et se méfiait de ce qui s’apparentait au culte de la personnalité. Elle fut candidate sur la liste communiste aux élections municipales de La Rochelle en 1959.

En Loire Atlantique, elle fut membre du comité de la fédération communiste de 1971 à 1976, n’exprimant « aucun désaccord politique », selon le secrétaire fédéral, à la différence de son mari. Elle animait avec lui la cellule Ténine regroupant les enseignants communistes nantais.

Aux élections municipales de Nantes de 1971, elle figurait parmi les candidats communistes de la liste d’union.

À Nantes, elle faisait partie du conseil de gestion du centre de l’APAJH, les Papillons blancs. Elle faisait aussi partie du bureau régional de l’Association des professeurs de Français.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article147451, notice PAPIN Renée [née MORLAIS Renée, Ernestine, Albertine] par Jacques Girault, version mise en ligne le 24 juin 2013, dernière modification le 10 janvier 2022.

Par Jacques Girault

SOURCES : Archives du comité national du PCF. — Notes de Gérard Roulic transmises par Alain Dalançon.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément