PARENT Paule, Henriette, Joséphine, Victorine

Par Jacques Girault

Née le 15 mars 1898 à Amiens (Somme), morte le 11 octobre 1987 à Nice (Alpes-Maritimes) ; enseignante ; militante syndicale ; militante de l’enfance inadaptée.

Fille d’un comptable, Paule Parent entra à l’École normale d’institutrices d’Amiens en 1914. A partir de 1917, elle fut institutrice à Condé-Folie de 1917 à 1923, directrice à Belloy de 1923 à 1929, puis à Corbie en 1929. Parallèlement, inscrite à la faculté des Lettres, elle acquit une licence ès-lettres (mention Philosophie) et obtint le certificat d’aptitude à l’inspection primaire et à la direction d’écoles normales en 1930. En 1933, elle fut chargée de la direction provisoire de l’EN de filles d’Amiens et fut titularisée dans cet emploi en 1935.

Sous l’Occupation et après la disparition des écoles normales, elle devint directrice de l’Institut de formation professionnelle d’instituteurs d’Agen (Lot-et-Garonne) en 1941. A la Libération, elle dirigea les EN de filles d’Albi (Tarn-et-Garonne) en 1945-1946 puis de Douai (Nord) à partir de 1946. Elle devint la directrice du centre national de pédagogie spéciale de Beaumont-sur-Oise (Seine-et-Oise/Val-d’Oise) en 1954, poste qu’elle occupa jusqu’à sa retraite, avec le titre d’inspectrice générale.

Paule Parent fut une adepte des méthodes pédagogiques actives dès le début de sa carrière. Sous le Front populaire, elle s’engagea dans les secteurs de la Fédération des œuvres laïques, notamment l’UFOLEA.

Militante dans le syndicalisme enseignant, avant la guerre, à la Libération, elle poursuivit son action avec le syndicat des directeurs d’écoles normales et fut membre, au titre des syndicats « directeurs d’écoles normales, inspecteurs primaires » de la commission administrative nationale de la Fédération de l’Education nationale. Ce siège, attribué à son syndicat et à celui des inspecteurs primaires, amenait une alternance. Aussi fut-elle suppléante lors du congrès de novembre 1951, titulaire lors du congrès de novembre 1952, puis à nouveau suppléante en novembre 1953. Elle ne figurait plus à la CA après le congrès de novembre 1954.

Lors des Journées nationales d’études de l’enfance inadaptée, les 13-14 avril 1962, elle présenta un rapport sur « L’éducation démocratique et l’enseignement spécial ».

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article147477, notice PARENT Paule, Henriette, Joséphine, Victorine par Jacques Girault, version mise en ligne le 25 juin 2013, dernière modification le 7 août 2013.

Par Jacques Girault

ŒUVRES : Avec Claude Gonnet, Les écoliers inadaptés, Paris, PUF, 1965.

SOURCES : Arch. Nat., F17/28030. — Notes de Guy Putfin.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément