SACHETTI François, Antoine

Par Daniel Grason

Né le 13 mai 1923 à Marseille (Bouches-du-Rhône), fusillé le 15 mars 1944 au Mont-Valérien, commune de Suresnes (Seine, Hauts-de-Seine) ; entrepreneur du bâtiment ; résistant, membre du réseau Turma-Vengeance.

François Sachetti
François Sachetti

Fils d’Émile, employé, et d’Henriette, née Foulon, sans profession, François Sachetti habitait 5 rue du Poids-aux-Lombards à Lagny-sur-Marne (Seine-et-Marne) et, avec André Tavernier, dans un domicile illégal, 6 rue Ramey à Paris (XVIIIe arr.). Réfractaire au Service du travail obligatoire (STO), il participa avec André Tavernier, Michel Pelletier et Paul Durrenberger à plusieurs actions : dans la nuit du 25 au 26 juillet 1943, ils cambriolèrent la mairie d’Antony (Seine, Hauts-de-Seine) pour récupérer des tickets de rationnement ; ils procédèrent à deux vols d’automobiles dans le XVIe arrondissement de Paris et au vol d’un uniforme allemand avec ceinturon et revolver à la piscine Molitor.
Des inspecteurs de la Brigade spéciale no 2 (BS2) les interpellèrent le 6 septembre 1943. Lors des perquisitions domiciliaires, deux mitraillettes Sten, des parabellums, des pistolets automatiques, des grenades Mills et des bouteilles incendiaires furent saisis.
Emmené dans les locaux des BS, François Sachetti fut interrogé et y resta douze jours. Livré aux Allemands, incarcéré à Fresnes (Seine, Val-de-Marne), il comparut le 3 mars 1944 avec Bernard Chevignard, André Tavernier, Michel Pelletier et Albert Koulmann devant le tribunal du Gross Paris, qui siégeait rue Boissy-d’Anglas (VIIIe arr.). Il fut condamné à mort pour « aide à l’ennemi et meurtre d’un soldat allemand ». Passé par les armes le 15 mars 1944 au Mont-Valérien, il fut inhumé dans le carré des corps restitués aux familles au cimetière d’Ivry-sur-Seine.
Après la Libération, la réinhumation de François Sachetti eut lieu au cimetière de Lagny-sur-Marne. Son nom fut gravé sur le monument aux morts. Il figure aussi sur deux plaques commémoratives, l’une sur la façade de son domicile : « À la mémoire de François Sachetti, Patriote victime de la barbarie nazie. Fusillé au Mont-Valérien le 15 mars 1944 », l’autre dans l’abside de l’église Saint-Pierre-Notre-Dame-des-Ardents, à Lagny : « À la mémoire de André Tavernier et François Sachetti fusillés par les Allemands le 15 mars 1944 ». Le ministère des Anciens Combattants et Victimes de guerre reconnut François Sachetti sous-lieutenant des Forces françaises de l’intérieur (FFI).
Sa mère, Henriette Sachetti, témoigna devant la commission d’épuration de la police et déclara : « Mon fils que j’ai pu voir à Fresnes m’a dit n’avoir subi aucun sévice pendant son séjour aux brigades spéciales. »
La mention « Mort pour la France » fut accordée à François Sachetti par décision du ministère des Anciens Combattants du 28 février 1946 ; elle figure sur son acte de naissance.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article147498, notice SACHETTI François, Antoine par Daniel Grason, version mise en ligne le 25 juin 2013, dernière modification le 21 juin 2018.

Par Daniel Grason

François Sachetti
François Sachetti

SOURCES : Arch. PPo. BA 2117, BA 2299, KB 77, PCF carton 15, rapports hebdomadaires sur l’activité communiste pendant l’Occupation, 1W 0295 (transmis par Gilles Morin). – DAVCC, Caen, Boîte 5 / B VIII dossier 5 (Notes Thomas Pouty). – Site Internet Mémoire des Hommes. – Mémorial GenWeb. – État civil, Marseille.

PHOTOGRAPHIE : Arch. PPo. GB 188 cliché du 6 septembre 1943.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément