PARTEL Francette, Nicomède

Par Gérard Montant

Née le 19 septembre 1941 à Saint-Pierre (Martinique) ; professeure de lycée d’enseignement professionnel ; militante syndicaliste au SNETP-CGT puis au SMPE-CGTM

Quatrième enfant de Allany Partel, artisan dans le BTP et de Thérèse Pierre-Gabriel, employée de commerce puis couturière, Francette Partel fit ses études primaires jusqu’à l’âge de douze ans à l’école primaire de Saint-Pierre en Martinique. Elle obtint le baccalauréat (série sciences expérimentales) à l’âge de vingt ans au lycée de jeunes filles à Fort de France, puis un BTS « Économie Familiale et sociale » en 1966 à Paris.

Francette Partel fut maîtresse auxiliaire pendant trois ans dans différents établissements de la ville de Paris puis elle réussit le concours de professeur d’enseignement technique théorique « Économie familiale et sociale » et fut affectée dans des collèges d’enseignement technique en Seine-Saint-Denis : en 1969-1970 à Romainville, en 1970-1972 à Bondy, puis de 1972 à 1974 à Clichy-sous-Bois. A la rentrée de 1974, elle rejoignit le CET annexé au lycée technique de la Pointe des Nègres à Fort de France.

Elle adhéra au Syndicat national de l’enseignement technique professionnel-CGT en 1969. Sous l’impulsion du SNETP et de la CGT-Martiniquaise fut créé en 1980 le Syndicat martiniquais des personnels de l’enseignement technique (SMPET) affilié à la CGTM. Le 23 février 1980 un protocole d’accord fut signé entre le secrétaire général du SNETP-CGT Gérard Montant et la secrétaire générale du SMPET-CGTM [Geneviève Menil->142846 par lequel entre autres dispositions le SNETP appelait ses adhérents à rejoindre le SMPET, syndicat que se transforma en avril 1980 en Syndicat des personnels de l’éducation affilié à la CGTM. 

Francette Partel assuma les responsabilités de secrétaire générale adjointe du SNETP-CGT Martinique puis secrétaire adjointe du SMPET-CGTM. Elle fut élue à la commission paritaire académique de sa spécialité de 1977 à 1997. Elle assuma aussi des responsabilités au sein de la CGTM comme élue à la commission exécutive en 1982.

Francette Partel participa à plusieurs rencontres internationales notamment à l’initiative de la Fédération internationale syndicale de l’enseignement en 1985 à Sofia (Bulgarie), en 1988 à La Havane (Cuba), en 1989 à Prague (Tchécoslovaquie).

Elle participa à l’engagement de son organisation auprès de la Confédération des Enseignants d’Amérique (CEA) qui fut admis comme membre à part entière du comité exécutif de la CEA le 12 mai 1991. Toujours dans le cadre de la CEA, le recteur de l’académie lui interdit de quitter le territoire national pour se rendre au Costa Rica entre le 19 et le 23 janvier 1981 afin de participer à un séminaire sur l’alphabétisation dans les zones rurales. Francette Partel comme Geneviève Mesnil attaquèrent cette décision devant le tribunal administratif qui l’annula.

En 1985, elle participa au Nicaragua à la conférence continentale des syndicats d’Amérique Latine et des Caraïbes, , aux congrès mondiaux de la CEA (en 1991 à Montréal, en 1992 à Toronto, en 1993 à Buenos Aires).

Elle participa en 1990 au nom de son organisation à l’UNESCO à la consultation mondiale des enseignants organisée par l’ensemble des organisations syndicales mondiales de l’enseignement sur le thème de « l’éducation pour la prévention du SIDA »

Francette Partel n’eut aucun engagement politique. Depuis 1981, elle participait activement à l’Association pour la sauvegarde du patrimoine martiniquais.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article147504, notice PARTEL Francette, Nicomède par Gérard Montant, version mise en ligne le 25 juin 2013, dernière modification le 15 février 2017.

Par Gérard Montant

SOURCES : Archives du SMPE-CGTM et de l’UNSEN-CGT. —Entretien avec l’intéressée.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément