PECHEYRAND Roger, Baptiste

Par Jacques Girault

Né 29 décembre 1909 à Montvalent (Lot), mort le 10 décembre 1975 à Montvalent ; instituteur dans la Marne ; militant syndicaliste du SNI.

Fils d’un charron, Roger Pecheyrand, titulaire du brevet élémentaire, devint instituteur intérimaire dans la Marne à Heiltz-l’Evêque en 1928, et fut titularisé en 1932 dans ce poste qu’il conserva jusqu’en 1946. Il fut nommé à Arrigny de 1946 à 1954, année où il obtint sa mutation pour le Lot, alors qu’il avait demandé un poste dans le Tarn-et-Garonne, l’année précédente.

Roger Pecheyrand effectua son service militaire d’avril 1931 à avril 1932 dans l’Infanterie et le termina comme caporal. Il se maria en septembre 1945 à Baladou (Lot) avec une institutrice. Le couple eut deux garçons.

Mobilisé en septembre 1939, il fut fait prisonnier à Thuilley-aux-Groseilles (Meurthe-et-Moselle), le 26 juin 1940, resta captif en Allemagne au Stalag VII A, et fut rapatrié en juin 1945. Il présida l’Amicale de l’enseignement (premier et deuxième degrés) du camp de Rawa-Ruska. En 1951, dans L’Ecole libératrice, journal du Syndicat national des instituteurs, il lança un appel pour la continuation de la vie des amicales des camps.

Il collaborait à L’École libératrice : « Louis Pergaud écrivain populaire » (18 janvier 1951), « L’école publique et l’art à Brive-la-Gaillarde » (15 mai 1953), puis au milieu des années 1960, dans la chronique « Notes de lecture ».

Il publia de nombreux ouvrages (recueils de poèmes, contes, nouvelles) et contribua aux activités de la Société scientifique, historique et archéologique de la Corrèze. Son nom fut donné à une artère de Brive-la-Gaillarde.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article147534, notice PECHEYRAND Roger, Baptiste par Jacques Girault, version mise en ligne le 26 juin 2013, dernière modification le 12 avril 2021.

Par Jacques Girault

ŒUVRES : Le fichier de la BNF comporte douze références des années 1930 aux années 1970, dont deux ouvrages publiés dans la collection de l’Amitié par le livre dont La maison du chat huant (1966) et Sous la bannière du léopard (1976).

SOURCES : Arch. Dép. Marne, T 3801. — L’Ecole libératrice. — Note de Georges Bailly.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément