PÉDROT Raymond, Charles, Marie, Louis

Par Gilles Morin

Né le 19 mai 1914 à Paris (XVIIe arr.), mort le 20 octobre 1995 à Carolles (Manche) ; instituteur ; militant socialiste de Paris ; maire du Ve arrondissement de Paris (1946-1977).

Fils de Charles Pédrot, instituteur, tué à l’ennemi le 24 février 1916 à Vauquois (Meuse), et de Louise Bonnion, Raymond Pédrot, pupille de la Nation, effectua ses études primaires dans le Loiret où ses grands-parents habitaient, puis au lycée Pothier à Orléans (Loiret).
Licencié d’anglais à la Sorbonne, il était instituteur à Montreuil en 1937. Mobilisé le 16 septembre 1939 dans un corps sanitaire comme caporal-chef, il fut démobilisé en février 1941, après avoir été interné en Suisse pendant six mois. Membre du mouvement « Ceux de la Résistance », vice-président du Comité de Libération du Ve arrondissement, il entra dans la mairie libérée le 9 août 1944. Il fut décoré de la médaille de la Résistance en 1944.

Il épousa le 28 juillet 1948 à Paris (Ve arr.), Christiane Lebigot, institutrice. Elle seconda son mari efficacement par la suite.

Militant du Parti socialiste SFIO dès l’avant-guerre, en mai 1939, il collaborait au journal Essais et Combats, organe de la Fédération des étudiants socialistes révolutionnaires, puis du parti socialiste SFIO.

Raymond Pédrot fut maire du Ve arrondissement, de février 1946 à 1977, et participa à la mise en œuvre de nombreuses actions sociales et scolaires. Il devint officier municipal, à la suite de la réforme du statut de Paris. Il était encore en 1978, président de la commission d’arrondissement.

L’activité de Raymond Pédrot était surtout consacrée aux œuvres scolaires du département de la Seine. Président de la fédération de la Seine de la Ligue de l’enseignement en 1967, il était, à la fin des années 1970, président d’honneur de la Fédération de la Seine des œuvres laïques, vice-président du Centre régional de Paris pour l’enfance et l’adolescence inadaptées, président de l’Institut Claparède de Neuilly-sur-Seine. Depuis 1947, il présidait la société des amis de la Maison d’enfants de Sèvres à Meudon, et fut un des responsables de son redressement en obtenant la prise en charge par les services des internats primaires de la Seine. Président puis président d’honneur de la société centrale d’assistance pour les sourds et muets en France, de Loisirs éducatifs des Jeunes sourds, il était administrateur de l’Institut national des Jeunes sourds de Paris. Il était par ailleurs vice-président du comité de la Croix-Rouge du Ve arrondissement, administrateur du groupe « Propagande et action contre les taudis » et administrateur du collège Sévigné.

En 1958, Raymond Pedrot quitta la SFIO pour le Parti socialiste autonome puis le Parti socialiste unifié.

Fait chevalier de la Légion d’honneur le 20 août 1958, il résidait avenue de la Porte de Châtillon (XIVe arr.), puis 15 boulevard Saint-Michel, à Paris (Ve arr.), à partir de 1967. Une salle dans la mairie du Ve arrondissement portait son nom.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article147537, notice PÉDROT Raymond, Charles, Marie, Louis par Gilles Morin, version mise en ligne le 26 juin 2013, dernière modification le 2 avril 2021.

Par Gilles Morin

SOURCES : Arch. Nat., 72AJ/42. 581/AP/108. — Arch. PPo, 1W270. — Divers sites Internet.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément