PELLADEAU Jean, Louis, René

Par Jacques Girault

Né le 3 novembre 1904 à Ruffec (Charente), mort le 20 novembre 1962 à Breloux-le-Crèche (Deux-Sèvres) ; instituteur dans la Vienne ; militant syndicaliste ; militant socialiste, maire de Lhommaizé.

Fils d’un convoyeur des postes, Jean Pelladeau entra à l’École normale d’instituteurs de
Poitiers. Il fut instituteur à Queaux, à Lussac-les-Châteaux (1926-1929, à Mazerolles (1929-1936), à Lhommaizé (1936-1945), puis à Poitiers, au collège moderne (1945-1946), à l’école Condorcet (1946-1954), à l’école de la rue du Mouton (1954-1955) puis à l’école Saint-Germain de 1955 à sa retraite en 1962.

Jean Pelladeau effectua son service militaire dans les Spahis en Algérie. Il se maria religieusement en août 1927 à Pau (Pyrénées-Atlantiques) avec la fille d’un horticulteur. Le couple eut trois enfants qui furent seulement baptisés.

Jean Pelladeau, mobilisé comme sergent en septembre 1939, fut fait prisonnier dans la Vienne le 23 juin 1940. Emprisonné à Saumur (Maine-et-Loire), transféré en Allemagne le 6 janvier 1941, il fut captif (Stalag XIIA) jusqu’à son rapatriement sanitaire, le 15 janvier 1942.

Jean Pelladeau fut secrétaire de la section départementale du Syndicat national des instituteurs en 1946 et 1947.

Jean Pelladeau, membre du Parti socialiste SFIO, fut désigné comme maire de Lhommaizé par cinq conseillers le 31 octobre 1944. Il démissionna de cette fonction le 25 mars 1945 avant les élections municipales.

Ses obsèques furent civiles.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article147552, notice PELLADEAU Jean, Louis, René par Jacques Girault, version mise en ligne le 27 juin 2013, dernière modification le 27 juin 2013.

Par Jacques Girault

SOURCES : Renseignements fournis par Claude Pelladeau, fils de l’intéressé. — Mairie de Lhommaizé. — Presse syndicale. 

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément