PELMONT André [PELMONT Prosper, André, Alfred]

Par Jacques Girault

Né le 9 novembre 1899 au Tallud (Deux-Sèvres), mort le 5 mai 1979 à Antony (Hauts-de-Seine) ; proviseur ; militant syndicaliste.

Fils d’un cantonnier, André Pelmont entra à l’École normale d’instituteurs de Parthenay (Deux-Sèvres) en 1915. À sa sortie, il partit au service militaire en avril 1918 et, durant l’occupation en Allemagne, participa à des missions auprès des troupes américaines et anglaises jusqu’en mars 1921. Remobilisé comme soldat de première classe, d’avril à juillet 1921, il prit part à l’occupation de la Ruhr.

En 1921, instituteur à Saint-Martin-du-Fouilloux (Deux-Sèvres), il bénéficia d’une bourse d’études pour les Etats-Unis au College d’Alma (Michigan) où il obtint le diplôme de Bachelor of arts. il s’inscrivit en 1922 au Middlebury College (Vermont), et fut instructor de français au Rice Institute (Houston) de 1922 à 1924, détaché ensuite à Cornell University (Ithaca, New York) en 1924-1925. Revenu en France, il fut étudiant à la Sorbonne en 1925-1926, puis repartit aux USA à la Cornell University, où il obtint le diplôme de Master of arts en 1927 et un doctorat de philosophie dans la même université en 1930. Il traduisit notamment en édition abrégée La Chartreuse de Parme de Stendhal, (New York, Macmillan, 1937).

Après avoir été reçu au certificat d’aptitude à l’enseignement de l’anglais dans les collèges en 1935, il enseigna au collège de Maubeuge (Nord) en 1936, obtint le diplôme d’études supérieures à la faculté de Lille la même année, et réussit à l’agrégation d’anglais en 1937.

Il se maria en juillet 1927 à Paris (XIXe arr.) avec une professeur. Le couple eut trois enfants.

André Pelmont fut nommé professeur agrégé au lycée de Rouen en 1937, chargé de la direction de l’annexe d’Elbeuf puis délégué censeur au lycée de Laval (Mayenne) en 1939. Mobilisé en mars 1940, il fut affecté spécial en avril comme directeur du lycée d’Elbeuf qui fut sinistré. Proviseur délégué au lycée Henri Martin de Saint-Quentin (Aisne) en 1941, titularisé en 1944, en raison de l’occupation des locaux par les Allemands, il procéda à la gémination de l’établissement.

Nommé proviseur du lycée Malherbe à Caen (Calvados) en 1947, il dirigea sa réparation qui nécessita de gros travaux. Aussi fut-il promu proviseur du lycée Marcel Roby à Saint-Germain-en-Laye (Seine-et-Oise) en 1954. Toutefois, en février 1956, après le suicide d’un élève interne qui venait d’être renvoyé, ses parents l’attaquèrent. Après diverses procédures, le 15 janvier 1958, ils obtinrent un franc de dommages et intérêts. Pendant cette période, André Pelmont reçut l’aide du syndicat des proviseurs de lycée de la Fédération de l’Éducation nationale dont il était un des dirigeants, membre de la commission exécutive nationale.

André Pelmont fut muté en 1958 au lycée de Saint-Cloud qu’il géra d’une façon jugée « excellente » malgré des locaux insuffisants. Retraité en 1966, revenu dans les Deux-Sèvres, il travaillait sur le patois poitevin de son pays natal.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article147558, notice PELMONT André [PELMONT Prosper, André, Alfred] par Jacques Girault, version mise en ligne le 27 juin 2013, dernière modification le 18 mai 2021.

Par Jacques Girault

ŒUVRE : Journal d’une femme de 50 ans (mémoires de la marquise de La Tour du Pin), Harper, New York, 1936. — Glossaire des patois d’Hérisson, commune de Pougne-Hérisson, Verrières-le-Buisson, Geste Editions, 1972.

SOURCES : Arch. Nat., F17/28765. — l’Enseignement public.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément