SORNIN Émile, Aimé, Luc [Pseudonyme dans la Résistance : Pierre DESCHAMPS]

Par Daniel Grason

Né le 4 avril 1921 à Bourges (Cher), fusillé le 2 juin 1944 au Mont-Valérien, commune de Suresnes (Seine, Hauts-de-Seine) ; cantonnier ; militant communiste ; résistant FTPF.

Émile Sornin
Émile Sornin

Fils d’Albert, manœuvre, et de Léontine, née Leguet, sans profession, Émile Sornin vivait 41 rue Gay-Lussac à Arcueil (Seine, Val-de-Marne). Cantonnier il était au chômage. Il adhéra à la Jeunesse communiste de France (JCF) en 1937. Il devint Francs-tireurs et partisans (FTP) en septembre 1943, sous le pseudonyme de Pierre Deschamps, matricule 5614, et participa aux actions du groupe détachement Alsace-Lorraine avec Victor Marquigny, Lucien Arrufat et Henri Grand.
L’action la plus retentissante à laquelle il participa eut lieu le 17 ou le 18 décembre 1943, où les FTP attaquèrent une patrouille de soldats allemands dans une rue de Châteaufort, près de Saint-Rémy-les-Chevreuses (Seine-et-Oise, Yvelines). Les FTP tirèrent, les soldats allemands ripostèrent, un soldat fut tué, deux autres blessés. Les FTP se retirèrent avec le fusil-mitrailleur du chef de patrouille.
La police municipale d’Arcueil interpella Émile Sornin le 28 janvier 1944 au cours d’une ronde. Il ne répondit pas à l’injonction d’un policier, l’un d’eux lui tira dessus sans l’atteindre. Il fut maîtrisé, fouillé par un brigadier, il trouva une grenade sur lui. Il fut copieusement insulté, traité de « salaud », « fumier », « communard ». Des inspecteurs de la Brigade spéciale no 2 (BS2) venus pour l’emmener à la préfecture de police le maltraitèrent.
Son interrogatoire eut lieu dans les locaux de la BS2, où il reconnut sa participation à l’action de Châteaufort. Il nia sa présence lors des attaques du bureau de tabac d’Arcueil le 21 décembre 1943, de la ferme de Bièvres (Seine-et-Oise, Essonne) le 31 décembre 1943, de l’épicerie du Plessis-Robinson (Seine, Hauts-de-Seine) le 4 janvier 1944. Il expliqua aux policiers que les denrées alimentaires confisquées étaient partagées entre l’ensemble des FTP. Au moment de son arrestation, il s’apprêtait avec d’autres FTP à attaquer le bureau de poste d’Arcueil pour le dévaliser.
Incarcéré, livré aux Allemands, il comparut le 22 mai 1944 devant le tribunal du Gross Paris qui siégeait rue Boissy-d’Anglas (VIIIe arr.), et fut condamné à mort pour « activité de franc-tireur ». Il fut passé par les armes le 2 juin 1944 au Mont-Valérien, puis inhumé dans le carré des corps restitués aux familles du cimetière d’Arcueil. Le ministère des Anciens Combattants le reconnut comme FTPF à titre posthume.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article147621, notice SORNIN Émile, Aimé, Luc [Pseudonyme dans la Résistance : Pierre DESCHAMPS] par Daniel Grason, version mise en ligne le 3 juillet 2013, dernière modification le 30 juin 2018.

Par Daniel Grason

Émile Sornin
Émile Sornin

SOURCES : Arch. PPo., KB 102, PCF carton 8, activité communiste pendant l’Occupation, PCF carton 16, rapports hebdomadaires sur l’activité communiste pendant l’Occupation. – DAVCC, Caen, Boîte 5, Liste S 1744-383/44 (Notes Thomas Pouty). – Site Internet Mémoire des Hommes. – Mémorial GenWeb. – État civil, Bourges.

PHOTOGRAPHIE : Arch. PPo. GB 188 cliché du 1er février 1944

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément