MINARD François

Par Fabien Conord

Né le 5 mai 1902 à Pierrefitte-sur-Loire (Allier), mort le 22 juin 1974 à Monétay-sur-Loire (Allier) ; agriculteur ; syndicaliste agricole ; socialiste SFIO, conseiller général, sénateur (1962).

Fils de métayers, François Minard s’engagea dans le syndicalisme agricole dès les années 1930. Cultivateur, fermier puis propriétaire à Monétay-sur-Loire, il fut élu maire de cette commune en 1935 et conseiller d’arrondissement de Dompierre-sur-Besbre en 1936. Révoqué par le régime de Vichy en 1941, François Minard, qui s’était tenu à l’écart pendant la guerre, fut nommé maire provisoire en 1944. Élu en 1945, il devint, la même année, conseiller général du canton de Dompierre-sur-Besbre au nom de la SFIO. Mais François Minard ne délaissa pas pour autant le syndicalisme agricole : conseiller cantonal de la CGA (Confédération générale de l’Agriculture) au temps de l’unité du monde paysan, dans l’immédiat après-guerre, il entra à la Chambre d’agriculture de l’Allier, où il siégea jusqu’à son décès en 1974.

Sénateur suppléant de Fernand Auberger en 1959, il fut proclamé sénateur en mars 1962, après le décès d’Auberger. Non investi par la fédération socialiste, qui lui préférait Roger Besson, François Minard décida de se représenter, comme socialiste, aux élections sénatoriales de septembre, pour lesquelles il choisit comme suppléant une autre figure du monde paysan, le maire de Saulzet, Henri Sarron*. Battu, il délaissa l’action militante mais demeura toutefois un élu actif au conseil général, membre du comité technique des transports, et vice-président de la Société coopérative d’études et de constructions rurales de l’Allier.

François Minard, qui ne s’était pas représenté aux élections cantonales de 1967, resta maire de Monétay-sur-Loire et membre de la Chambre d’agriculture jusqu’à son décès, le 22 juin 1974. Chevalier de la Légion d’honneur, il était également, eu égard à ce qui fut le combat de toute sa vie, officier du Mérite agricole.

Il s’était marié en janvier 1926 à Monétay-sur-Loire avec Marie Guilloux. Son fils André, ancien secrétaire général de la FDSEA, siégea à la Chambre d’agriculture de l’Allier, où le nom de Minard se trouva ainsi toujours présent.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article147634, notice MINARD François par Fabien Conord, version mise en ligne le 4 juillet 2013, dernière modification le 19 septembre 2017.

Par Fabien Conord

SOURCES : Georges Rougeron, Les administrations départementales de l’Allier : Le conseil général, tome 3 : 1945-1958, Montluçon, Grande Imprimerie Nouvelle, 1967, 160 p. et tome 4 : 1958-1970, Montluçon, Grande Imprimerie Nouvelle, 1978, 167 p. – Office Universitaire des Recherches Socialistes. – Témoignage d’André Minard. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément