PAQUOT André

Par Alain Dalançon, Jacques Girault

Né le 8 novembre 1910 à Château-Thierry (Aisne), mort le 10 juillet 1944 au camp de Mauthausen (Allemagne) ; professeur agrégé ; résistant dans le Puy-de-Dôme ; déporté.

Fils de Charles, Alexandre, Émile Paquot, vérificateur des poids et mesures, ancien combattant, André Paquot effectua ses études secondaires à La Roche-sur-Yon (Vendée), obtint son baccalauréat en 1927 et poursuivit ses études supérieures à la faculté des lettres de Bordeaux (Gironde) où il termina sa licence ès lettres en 1930.
Reçu à l’agrégation de grammaire en 1935, il fut nommé professeur de lettres au lycée Blaise Pascal de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme). Il habitait Rocpierre près d’Issoire où résidaient ses parents.

Il effectua son service militaire (1936-1937) et fut mobilisé en septembre 1939. Après sa démobilisation en octobre 1940, il fut en congé, à sa demande, pendant l’année scolaire suivante, et reprit son poste en octobre 1941.

Dès cette année 1941, avec Jean-Michel Flandin, il organisa un groupe de résistance parmi les étudiants de la faculté, détectant notamment les provocateurs infiltrés par les Allemands parmi les étudiants de la faculté de Strasbourg transférée à Clermont-Ferrand. Diverses attestations jointes à son dossier de demande de Légion d’honneur à titre posthume en 1948 évoquaient ses actions : montage du service de fabrication de faux papiers, collaborateur du deuxième bureau, acteur du regroupement des mouvements de résistance, liaison, responsable du renseignement du mouvement de résistance Libération-sud. Il prit le maquis en juin 1943 et dirigea le service de renseignements des MUR en Auvergne sous le pseudonyme de « Quinquilla ». Il fut suspendu sans traitement le 21 décembre 1943.

Arrêté à Orbeil par la Gestapo le 23 ou le 26 (selon les sources) décembre 1943, il quitta le camp de Royalieu près de Compiègne (Oise) par le convoi du 6 avril 1944 qui arriva le 8 avril au camp de Mauthausen-Melk où il décéda trois mois plus tard lors d’un bombardement américain, le 8 ou la 10 (selon les sources) juillet 1944

Il fut cité à l’ordre de la Nation et décoré de la Légion d’honneur en 1949. Une plaque à sa mémoire fut apposée dans la cour du Centre Blaise Pascal.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article147683, notice PAQUOT André par Alain Dalançon, Jacques Girault, version mise en ligne le 8 juillet 2013, dernière modification le 17 janvier 2021.

Par Alain Dalançon, Jacques Girault

SOURCES : Arch. Nat., F17/16084. — Eugène Martres Les archives parlent (1940-1945). Auvergne-Bourbonnais, éd. De Borée, 2004, p. 47 ; La Résistance dans le Puy-de-Dôme, brochure de l’ONAC, 2008. — Gilles Lévy, Francis Cordet, A nous, Auvergne !, Presse de la Cité. — Service historique de la Défense, GR 16P/457243 ; Monument de Mauthausen, liste des déportés, 5442/9327.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément