CHAUMONT Paul, Aimé, Henri

Par Michel Dreyfus

Né le 14 mars 1921 à Biganos (Gironde), mort le 13 novembre 2011 ; ingénieur EDF ; syndicaliste CGT, vice-président du GNC, président de la CCAS.

Né d’un père sous-chef des Études à l’électro-entreprise, Paul Chaumont suivit les cours de l’École d’ingénieurs SUPELEC en 1944. Embauché à l’Union d’électricité en septembre 1943, il était lors de la nationalisation des industries électriques et gazières en 1946 ingénieur d’études et de travaux à la Région d’équipement thermique n° 3. Il participa à la construction des centrales thermiques de Gennevilliers, Arrighi, Beautor et La Mure.

Chef de division au service « Assurances » d’EDF en 1955, il fut en 1967 chargé de mission au Service des transports d’énergie. En 1968, il devint chef adjoint du Centre d’équipement du réseau transport d’EDF (CERT) puis en 1980 il fut chargé de mission au Service de transfert (RTT).
Adhérent de la CGT depuis 1953, Paul Chaumont fut élu secrétaire du Groupement national des cadres (GNC) en mars 1954, Raymond Oyer* et René Le Guen, étant alors respectivement président et secrétaire général. En octobre 1956, Paul Chaumont entra au bureau de la Fédération CGT de l’Énergie puis à son secrétariat en 1959 (où il fut trésorier adjoint) jusqu’en avril 1966. Il appartint au bureau fédéral jusqu’en 1969. Il avait été élu vice-président du GNC lors de son Xe congrès (avril 1967). En 1964-1965, Paul Chaumont avait été appelé par René Le Guen*, alors président de la Caisse centrale d’activités sociales (CCAS), pour assurer la direction de cet organisme au moment où la gestion des activités sociales était à nouveau assurée par les organisations syndicales.

Mis en inactivité en 1981, il accepta, à la demande de la CGT, de mettre ses compétences au service de la lutte contre la liquidation de l’entreprise Manufrance à Saint-Étienne : il devint président du directoire de la SCOP (Société coopérative de production) mise en place cette même année, jusqu’en 1983. Poursuivi par les anciens propriétaires sur l’accusation fallacieuse d’« abus de biens sociaux », il fut d’abord condamné par le tribunal de grande instance de Saint-Étienne en 1992 pour être finalement acquitté par la Cour d’appel de Lyon après une puissante campagne nationale menée par la CGT contre ce déni de justice.

Paul Chaumont s’était marié le 15 mars 1945 à Antony (Seine) puis le 12 juillet 1954 à Paris (XVe arrondissement) et fut père de quatre enfants, deux garçons et deux filles.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article147719, notice CHAUMONT Paul, Aimé, Henri par Michel Dreyfus, version mise en ligne le 11 juillet 2013, dernière modification le 15 octobre 2013.

Par Michel Dreyfus

SOURCES : Archives FNE-CGT : GNC. — René Le Guen, en collaboration avec René Gaudy, Voyage avec des cadres, Paris, Éditions sociales, 1977. — René Gaudy, Les porteurs d’énergie, Paris, Temps Actuels, 1982. — Renseignements fournis par l’intéressé, Éric Belouet et M. Rault.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément