PADOVANI Dominique, Aimé

Par Daniel Grason

Né le 23 novembre 1910 à Zivaco (Corse), fusillé après condamnation le 4 août 1942 au stand de tir du ministère de l’Air à Paris (XVe arr.) ; artiste lyrique.

Fils de Jean, cultivateur, et de Marie, née Chassot, sans profession, Dominique Padovani épousa Solange Ruchot le 7 novembre 1939 en mairie de Toulon (Var). Le couple vivait 48 boulevard du Port Royal à Paris (XIIIe arr.). Un juge d’instruction de Marseille délivra un mandat d’arrêt à l’encontre de Dominique Padovani pour « tentative d’escroquerie et trafic irrégulier de devises étrangères ».
Interpellé le 29 janvier 1942 à son domicile par la police judiciaire, il fut inculpé de « chantage, banditisme, détention illégale d’armes, trafic de devises et tentatives d’extorsion ». Il fut mis à la disposition des autorités allemandes qui l’inculpèrent de « vols et usurpation de la fonction de policier allemand ». Il aurait figuré sur une liste des informateurs de la SS du 11 rue des Saussaies à Paris (VIIIe arr.) ; il aurait profité de cette position pour escroquer des personnes puis remis les sommes à Nicolas Jacobovitz, un complice. Il fut incarcéré au Cherche-Midi (VIe arr.), prison administrée par les Allemands.
Dominique Padovani comparut le 14 juillet 1942 devant le tribunal du Gross Paris qui siégeait rue Boissy-d’Anglas (VIIIe arr.). Condamné deux fois à mort pour « Vol qualifié et infraction à l’ordonnance concernant les crimes contre la sûreté de l’État », il fut passé par les armes le 4 août 1942 au stand de tir du XVe arrondissement, en même temps que Marc Goldmanovitch, un autre comparse.
Son inhumation eut lieu au cimetière communal dans le carré des corps restitués aux familles d’Ivry-sur-Seine (Seine, Val-de-Marne).
Son nom est gravé sur la plaque du ministère de la Défense à Paris XVème

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article147941, notice PADOVANI Dominique, Aimé par Daniel Grason, version mise en ligne le 17 juillet 2013, dernière modification le 24 avril 2020.

Par Daniel Grason

SOURCES : Arch. PPo., 77W 4486. – DAVCC, Caen, Boîte 5 / B VIII dossier 3 (Notes Thomas Pouty). – Adam Rayski, Au stand de tir. Le massacre des résistants. Paris 1942-1944, Éd. Mairie de Paris, 2006. – Mémorial GenWeb. – État civil, Zivaco.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément