ZEMB Joseph

Par René Gaudy

Né le 3 mars 1904 à Colmar (Haut-Rhin), mort le 14 avril 1983 à Dijon (Côte-d’Or) ; dessinateur ; syndicaliste CGT, administrateur du CCOS.

Né le 3 mars 1904 à Colmar (Haut-Rhin), fils d’un employé de mairie, Joseph Zemb fit des études jusqu’à la fin de la troisième, puis travailla comme dessinateur dans un bureau d’études à Strasbourg. Après s’être engagé trois ans dans l’aviation au Maroc, il fut embauché chez Nieuport à Villacoublay (février 1926-1928) comme mécanicien-metteur au point puis fut responsable des installations mécaniques et électriques dans une société qui construisait des puits de mines et consolidait les terrains pour la construction des barrages.

En octobre 1929, il entra à la Société des forces motrices du Haut-Rhin (production et distribution de l’électricité) comme dessinateur-projeteur, dans le service de la haute tension à Mulhouse. En 1935, en réaction contre les décrets Laval (retenue de 10 % sur les salaires), se constitua dans cette entreprise une « Association » du personnel. Charles Feldmann, agent de maîtrise au laboratoire, fut élu président de l’association et Joseph Zemb secrétaire. Tous deux entrèrent alors en contact avec des militants de l’Électricité de Strasbourg, notamment Pfeffer et le délégué ouvrier Metzmayer, qui leur apprirent l’existence de la Fédération CGT de l’Éclairage. Charles Biot, secrétaire fédéral, se rendit à Mulhouse début 1936. L’Association rejoignit la Fédération courant 1936 ou début 1937. En juin 1936, Zemb prit part à la grève aux Forces motrices du Haut-Rhin, un statut du personnel substantiel fut alors obtenu. Fin 1938, le syndicat comptait 205 adhérents. Ses principaux dirigeants Charles Feldmann, Joseph Zemb, Beck et Achille Hueber furent en décembre 1937 les signataires de l’avenant au statut du personnel de juillet 1936.

En 1939, la presque totalité du personnel mobilisable de la société, dont Joseph Zemb, fut incorporée dans la 73e section d’électriciens de campagne. C’est cette section qui fit sauter le barrage de Kembs sur le Rhin pour qu’il ne serve pas aux Allemands. Après l’armistice, la section fut dissoute. L’Alsace étant annexée, le personnel de la société passa sous régime allemand. Joseph Zemb participa à la Résistance, sa femme enseignante avait démissionné pour n’avoir pas à prêter serment au Führer.

À la Libération, Joseph Zemb retrouva son poste de secrétaire du syndicat CGT et Charles Feldmann* redevint président. Un peu plus tard, il devint secrétaire général et conserva ce poste jusqu’en 1960, date de sa retraite. En janvier 1947 puis en décembre 1949, il fut élu administrateur du Conseil central des œuvres sociales (CCOS). Durant la période 1946-1960, il eut des responsabilités dans le Groupement national des cadres (GNC).

Joseph Zemb qui, en 1948, habitait à Illzach (Haut-Rhin), se retira en juin 1972 à Talant (Côte-d’Or) et continua de militer au syndicat CGT EDF-GDF de la région.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article147958, notice ZEMB Joseph par René Gaudy, version mise en ligne le 18 juillet 2013, dernière modification le 27 février 2017.

Par René Gaudy

SOURCES : R. Gaudy, Les porteurs d’énergie, Paris, Temps Actuels, 1982 (iconographie). — Renseignements du militant et de sa femme, née Henriette Gruber.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément