ENGELHARD Jean-Pierre, Germain, Marie, Joseph

Par André Delestre

Né le 7 septembre 1932 à Bouquetot (Eure), mort le 28 avril 2010 à Rouen (Seine-Maritime) ; ouvrier électricien ; syndicaliste CGT ; militant communiste de Seine-Maritime ; président-fondateur du Centre d’histoire sociale (CHS) Expotec 103 de Haute-Normandie.

Le grand-père de Jean-Pierre Engelhard, Charles, était passionné de l’histoire de Rouen. Pendant la guerre, son père fut chef d’un réseau de résistance sur Duclair. Il lui inculqua "le refus des totalitarismes, son amour pour la justice".
En 1946, Jean-Pierre Engelhard adhéra au Parti communiste. Il fut très actif contre les guerres coloniales, au côté de Jean Malvasio et Marcel Baisnée. Le 7 octobre 1955, il participa aux manifestions devant la caserne Richepanse de Rouen contre le départ des appelés pour l’Algérie. Cela lui valut des ennuis avec la justice.
Jean-Pierre Engelhard fut membre du comité fédéral PCF de Seine-Maritime de 1956 à 1961. Durant ces années, il exerça les responsabilités de secrétaire fédéral de l’Union des jeunesses républicaines françaises (UJRF) (1956-1957), de l’Union des jeunesses communistes de France (UJCF) et de responsable fédéral à la jeunesse (1957-1959) et, enfin, de secrétaire fédéral des JC et membre du comité de section de Maromme (Seine-Maritime) (1959-1961).
Diplôme d’électricien en poche, il travailla sur divers chantiers de construction en Ukraine, en Hollande, au Portugal, dans le Sahara. Avec la CGT, il y vivra ses premières expériences syndicales d’organisation et de combat. Jean-Pierre Engelhard fut membre de la commission administrative de l’Union départementale CGT de Seine-Maritime en 1957.
En 1984, Jean-Pierre Engelhard créa le Centre d’Histoire Sociale (CHS), devenu Expotec 103, association qui eut pour but d’écrire l’histoire du travail, des hommes et des techniques en Haute-Normandie, et de sauvegarder le patrimoine s’y rapportant. Elle fut pionnière dans la région pour une nouvelle approche culturelle où le patrimoine lié au travail et où l’histoire des hommes prennent toute leur place. Après chaque fermeture d’usine, chaque déménagement, se profilait la silhouette familière de Jean-Pierre Engelhard. Syndicaliste convaincu, il n’eut de cesse d’œuvrer pour la transmission du savoir, à travers les nombreux chantiers d’insertion et les expositions qu’il organisa. Il fut directeur des Chantiers du patrimoine.
En 2003, il reçut la médaille d’or du mérite et du dévouement des mains de Pierre Albertini, maire de Rouen. En 2009, pour les 25 ans de l’association, ce fut la médaille d’honneur de la Ville de Rouen remise par Valérie Fourneyron, député-maire de Rouen. En 2011, sur décision unanime du Conseil municipal, l’esplanade du Moulin de la Pannevert devint officiellement l’esplanade Jean-Pierre Engelhard, président-fondateur du CHS.
Marié à Josée, née Cariou (1939-2022), celle-ci fut militante de la CGT pendant plus de 60 ans. Elle accompagna son mari dans la fondation du CHS, Expotec 103. Elle milita au Parti communiste et fut une bénévole active du SPF.
Le couple habitait à Saint Martin du Vivier.
Un fils, Sylvain, reprit la présidence du CHS.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article148534, notice ENGELHARD Jean-Pierre, Germain, Marie, Joseph par André Delestre, version mise en ligne le 28 août 2013, dernière modification le 25 novembre 2022.

Par André Delestre

SOURCES : État civil. — Expotec 103. — L’Humanité du 7 octobre 2011. — Archives municipales de Rouen. — discours de Valéry Fourneyron du 3 juin 2011. — Engelhard Jean-Pierre (et les membres du CHS),‎ La Route des moulins. Les vallées du Robec et de l’Aubette. Préface de Maître Jean Lagarde, 1986. — Site internet du Centre d’histoire sociale. — Paris-Normandie. — Notes de Julien Lucchini.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément