PAYEN Suzanne [née DEGUÉRET Suzanne, Charlotte, Marie]

Par Martine Garcin

Née le 8 décembre 1910 à Ivry-sur-Seine (Seine, Val-de-Marne), morte le 2 septembre 2004 à Ruoms (Ardèche) ; couturière ; militante à la Jeunesse communiste puis au Parti communiste ; résistante ; responsable de l’Union des femmes françaises de Draveil.

Suzanne Payen
Suzanne Payen

Suzanne Deguéret naquit à Ivry-sur-Seine le 8 décembre 1910. Son père, Amédée Arsène Marceau Olympe Deguéret, mena une carrière de comptable. Sa mère, Renée Marguerite Laurence Racault, de profession femme au foyer, décéda le 28 juillet 1944, quelques semaines avant la libération de sa fille internée à la prison de la Roquette. Suzanne vécut à Vigneux-sur-Seine (Essonne) de 1919 à 1931, date où elle emménagea dans la ville voisine de Draveil avec son ami et voisin Roger Payen. Ils se marièrent le 6 mai 1933, l’union dura 73 ans, jusqu’à son décès en 2004. Ils eurent un fils, René-Paul, né le 9 juin 1946. Son métier de couturière lui permit de travailler avec son mari architecte et décorateur d’intérieur, assurant également le secrétariat.

Suzanne et Roger Payen évoluèrent ensemble dans leur vie de militants communistes. Adhérant très tôt aux Jeunesses communistes, Suzanne entra au parti en 1936, après Roger qui lui, adhéra en 1932. À Draveil, le couple eut la responsabilité d’un groupe d’enfants du Secours Ouvrier International.

Après l’interdiction du Parti communiste en 1939, Suzanne et Roger vécurent en clandestinité de fin 1939 à leur arrestation début 1943, ses pseudonymes étant Louise, Charlotte, épouse Martin, épouse Lorty, ou Femme Bastille pour la Préfecture de Police de Paris.

Elle devint agent de liaison dans l’appareil technique d’édition et d’impression du Parti communiste pour le Front national de Libération et les FTPF, assurant des transports dangereux d’armes, de textes et de formes typographiques. Elle assura notamment les liaisons entre son mari Roger Payen, responsable national adjoint de l’appareil technique, et Jacques Duclos, par l’intermédiaire de Lucie Gratadoux. Suzanne et Roger furent arrêtés le 2 mars 1943 par la police française. Voir la biographie de Roger Payen. Suzanne garda des séquelles de la bastonnade qu’elle subit à la BS1. Elle fut internée dix-huit mois à la prison de la Roquette, condamnée à cinq ans de travaux forcés par le Tribunal d’État, et libérée le 18 août 1944. Elle était titulaire des cartes de Combattant Volontaire de la Résistance, d’Interné Résistant et du Combattant.

Après la libération, Suzanne Payen assura un moment la responsabilité de l’Union des Femmes françaises de Draveil, la maison Payen restant de tout temps le pôle d’attraction pour tous les militants communistes draveillois. Suzanne Payen décéda le 2 septembre 2004 à Ruoms (Ardèche).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article148585, notice PAYEN Suzanne [née DEGUÉRET Suzanne, Charlotte, Marie] par Martine Garcin, version mise en ligne le 29 août 2013, dernière modification le 29 août 2013.

Par Martine Garcin

Suzanne Payen
Suzanne Payen
Suzanne et Roger Payen
Suzanne et Roger Payen

SOURCES : Entretiens de Roger Payen avec Martine Garcin 2001-2012. — Arch. PPo, BS1, carton 7 — Pièces d’identité, livret de famille. — État civil d’Ivry-sur-Seine.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément