ERRARD Pierre, Victor, Marie dit Étienne

Par Daniel Grason

Né le 24 septembre 1920 à Paris VIIIe arrondissement (Seine) ; commis épicier ; résistant ; déporté.

Fils de Pierre, employé de chemin de fer et de Victoire, née Guiheux, ménagère, Pierre Errard alla à l’école primaire, obtint le certificat d’études. Il habitait chez ses parents 5 Place du Marché à Maisons-Laffitte (Seine-et-Oise, Yvelines). Il adhéra aux Jeunesses communistes en 1936, fut trésorier d’un groupe sur la localité. Du fait de l’interdiction des organisations communistes en septembre 1939 il cessa toute activité militante. Après l’exode de juin 1940, un militant le contacta, le présenta à Pierre Plas qui demeurait à Sartrouville. Lors d’une rencontre celui-ci lui demanda de rechercher des locaux et des garages individuels pour y entreposer du papier, des machines à écrire et à ronéotyper. Pierre Errard accepta.
Son arrestation eut lieu le 11 avril 1943 vers midi au moment où il se présentait chez Pierre Plas au 114 bis Avenue Jules-Ferry à Sartrouville (Seine-et-Oise, Yvelines) pour y retrouver Roberte Rousset la dactylographe de l’organisation. Les deux militants étaient interpellés depuis vingt-quatre heures, des inspecteurs de la BS2 occupaient discrètement les lieux. Le domicile des parents de Pierre Errard fut perquisitionné, les policiers saisirent une feuille sur laquelle était porté des rendez-vous et deux ramettes de papier.
Emmené dans les locaux des Brigades spéciales, Pierre Errard tenta de minimiser son rôle au sein de l’organisation. Les policiers voulaient savoir avec qui les trois « passes » découverts au domicile de Roberte Rousset permettaient d’entrer en relation. Pierre Errard déclara assumer la fonction de responsable à l’organisation pour la région P7. Cette région comprenait l’ensemble de la Seine-et-Oise à l’exception de Sèvres et Argenteuil.
Incarcéré à la prison de la Santé, il comparut le 15 décembre 1943 devant le Tribunal spécial qui le condamna à deux ans de prison, il fut envoyé à la centrale d’Eysses à Villeneuve-sur-Lot (Lot-et-Garonne). Le 19 février 1944 une révolte éclata, l’objectif des prisonniers était de tenter une évasion collective. Ils échouèrent, la répression fut impitoyable, il y eut douze condamnations à mort par une cour martiale de la milice, tous furent fusillés. Le 30 mai plus d’un millier de détenus étaient emmenés en camion à la gare Le Penne d’Agenais destination Compiègne en wagons à bestiaux, le voyage dura quatre jours.
Le 18 juin 1944, il était dans le convoi de deux mille cent trente-neuf prisonniers à destination de Dachau (Allemagne). Plus de la moitié des hommes du convoi venaient d’Eysses, ceux-là furent immatriculés de 72999 au 74110 (mille cent onze hommes). Il fut affecté au Kommando d’Allach créé le 17 mai 1944, les détenus travaillaient pour une manufacture de porcelaine, l’entreprise BMW et différents chantiers de l’organisation Todt. Le camp fut libéré le 30 avril 1945 vers 9 heures du matin par l’armée américaine, matricule 73419, Pierre Errard était vivant.
Victoire Errard, sa mère fit une déposition devant la commission d’épuration de la police le 10 mai 1945, son fils n’était pas rentré. Elle relata sa visite à la prison de la Santé où était son fils. Les policiers le frappèrent violemment lors des interrogatoires, parfois enchaîné plusieurs jours. Sa mère porta plainte contre les policiers qui arrêtèrent son fils.
Pierre Errard épousa le 28 septembre 1956 Solange Cheynet en mairie de Maisons-Laffitte.

.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article148613, notice ERRARD Pierre, Victor, Marie dit Étienne par Daniel Grason, version mise en ligne le 30 août 2013, dernière modification le 9 janvier 2020.

Par Daniel Grason

SOURCES : Arch. PPo., BA 2299, PCF carton 8 activité communiste pendant l’Occupation, 77W 3115. – Livre-Mémorial, FMD, Éd. Tirésias, 2004. – Corinne Jaladieu, Michel Lautissier, Centrale d’Eysses. Douze fusillés pour la République, Association pour la mémoire d’Eysses, Éd. Conseil général 47. – État civil, Paris 8e arr.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément