LE COUSIN Gaston

Par Daniel Grason

Né le 24 mai 1914 à Plouaret (Côtes-du-Nord, Côtes-d’Armor), mort le 1er novembre 1944 à Flossenbürg (Allemagne) ; surveillant à la SNCF ; communiste ; résistant ; déporté.

Fils de Maurice, instituteur de l’école publique et d’Hélène, née Lezcoualch, institutrice de l’école publique, Gaston Le Cousin épousa le 15 mai 1939 Francine Haran en mairie de Conflans-Sainte-Honorine (Seine-et-Oise, Yvelines). En 1943, Gaston Le Cousin était responsable à l’organisation de la section communiste de Conflans-Sainte-Honorine, il vivait dans la ville à l’Arche de Noé avenue Galliéni.

Il fut interpellé le 13 avril 1943 par des inspecteurs de la BS1 lors d’un rendez-vous avec Pierre Errard, responsable à l’organisation de la région P7. Celui-ci était arrêté depuis quarante-huit heures à Sartrouville. Au moment de son arrestation, Gaston Le Cousin portait sur lui un carnet de souscription en faveur du Parti communiste et de deux feuillets manuscrits où était répertorié l’état des cotisations et des souscriptions.

Il fut interrogé dans les locaux des Brigades spéciales, incarcéré probablement à Fresnes ou à la Santé, livré aux allemands. Le 27 avril 1944, il était dans le convoi de mille six cent cinquante-trois déportés à destination d’Auschwitz-Birkenau. Mille cinq cent soixante et un détenus furent dirigés le 12 mai sur Buchenwald, ils y arrivèrent le 14 mai. Il était parmi les mille déportés qui étaient envoyés à Flossenbürg le 24 mai. Matricule 185914, Gaston Le Cousin y mourut le 1er novembre 1944. La moitié des déportés de ce convoi ne rentrèrent pas.

Le nom de Gaston Le Cousin figure sur le monument aux morts au cimetière de Conflans-Sainte-Honorine ainsi que sur la plaque commémorative apposée à la gare : « À la mémoire des agents de la SNCF morts en déportation ». Une avenue de la ville (ancienne avenue du Château) porte son nom depuis mai 1946. Sur son acte de naissance figure la mention « Mort pour la France ». Gaston Le Cousin a été homologué au titre des Forces françaises combattantes (FFC), des Forces françaises de l’intérieur (FFI), et Déporté interné résistant (DIR).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article148649, notice LE COUSIN Gaston par Daniel Grason, version mise en ligne le 2 septembre 2013, dernière modification le 12 janvier 2020.

Par Daniel Grason

SOURCES : Arch. PPo., PCF carton 8 activité communiste pendant l’Occupation. – Bureau Résistance GR 16 P 351156. – Livre-Mémorial, FMD, Éd. Tirésias, 2004. – Site Internet GenWeb. – État civil, Plouaret.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément