BOURI Mustapha

Par René Gallissot

Né en 1922 à Saïda (Algérie) ; syndicaliste CGT de Sidi-Bel-Abbès (Algérie) de 1947 à la guerre de libération ; animateur des luttes des ouvriers agricoles ; licencié de sontravail en 1953, permanent de l’UGSA-CGT ; arrêté en 1957 ; à l’indépendance, secrétaire de l’Union locale UGTA de Sidi-Bel-Abbès.

Petit paysan, le père de MustaphaBouri quitte la terre et vient s’installer en 1932 à Sidi-Bel-Abbès. Tout jeune à l’ouverture de la guerre en 1939, Mustapha Bouri s’engage dans l’armée française ; il en sort en 1945 avec le grade de caporal-chef qui signale tout juste son alphabétisation en français. En 1947, il est ouvrier concasseur dans une entreprise communale de Sidi-Bel-Abbès et adhère à la CGT. Il représente en 1950 les syndiqués de son entreprise à l’Union régionale CGT de Sidi-Bel-Abbès ; il est élu à la Commission exécutive. En septembre 1951 il joue un rôle actif dans l’organisation des grèves des ouvriers agricoles sur les domaines viticoles de Descartes [Ben Badis]. En 1952 il entre au bureau de l’Union régionale CGT ; il est responsable du secteur des ouvriers agricoles.

Quand en 1953, la municipalité de gauche du maire communiste René Justrabo* perd la mairie, M. Bouri est licencié de son entreprise municipale. Il est pris en charge comme permanent par l’UGSA-CGT et devient un peu l’homme à tout faire de la région syndicale, chargé un temps de l’organisation syndicale des dockers et ouvriers agricoles du petit port de Ghazaouet, et en 1954 des secours aux sinistrés d’Orléansville [El-Asnam, Chlef]. Alger Républicain le cite comme communiste du Telagh et le dit commerçant. Il est certainement membre du PCA ; il fait encore fonction de secrétaire de l’Union locale CGT de Sidi-Bel-Abbès. Il est aussi secrétaire du comité régional interprofessionnel CGT.

Arrêté lors de la grève de sept jours (27 janvier-4février 1957) à l’appel du FLN et de l’UGTA, il est interné au camp d’Arcole puis de Bossuet et de Berrouaghia ; il est ensuite mis en résidence surveillée à Sidi-Bel-Abbès de novembre 1959 au cessez le feu de mars 1962. À l’indépendance, il se retrouve au secrétariat de l’Union locale UGTA de Sidi-Bel-Abbès ; il quitte la ville en 1964.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article148691, notice BOURI Mustapha par René Gallissot, version mise en ligne le 23 novembre 2013, dernière modification le 23 novembre 2013.

Par René Gallissot

SOURCES : Alger Républicain, 1953 et 1955. — Notes de A. Taleb-Bendiab. — H. Touati, Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier d’Oranie, op.cit. — Arch. Nat. Outre-mer, Aix-en-Provence, ALG, Oran 307, notes de Louis Botella.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément