RABATEL Annette, Augusta, Lucette [née GOUBERT]

Par Daniel Grason

Née le 23 juin 1905 à Villeurbanne (Rhône), morte le 3 mai 1984 à Chaumont (Oise) ; employée des PTT ; militante communiste ; résistante ; déportée.

Fille de Jean Goubert, industriel et d’Aglaé, née Ofpermann, sans profession, Annette Goubert épousa le 21 juillet 1923 Maurice Rabatel en mairie de Villeurbanne. Ils demeuraient dans le XIVe arr., un fils Yvan naquit le 3 juillet 1925, le couple se sépara en 1936. Membre du Parti communiste, employée aux PTT, elle fut révoquée pour son activité politique, peut-être à la suite de l’échec de la grève du 30 novembre 1938 contre les décrets lois Reynaud-Daladier qui remettaient en cause des acquis des luttes du Front populaire.
Pendant la guerre, elle continua à militer, à distribuer des tracts dans un groupe de neuf communistes où il y avait son ami Joseph Pelluau. Tous deux vivaient 42 Rue Rouelle à Paris XVe arr. domicile de Joseph. Ils furent arrêtés par des inspecteurs de la BS1 le 10 ou le 12 juin 1941, inculpés d’infraction au décret-loi du 26 septembre 1939 pour détention et distribution de tracts communistes.
En raison de son état de grossesse, Annette Rabatel était laissée en liberté provisoire. Elle accoucha le 20 juillet 1941 d’un garçon qu’elle déclara à la mairie du XIVe arr. sous son nom de jeune fille, prénommé Pierre, Joseph. Le 10 octobre 1941 elle comparaissait devant la Section spéciale de la Cour d’Appel de Paris, elle était condamnée à cinq ans de prison et immédiatement écrouée à Fresnes, le 17 du même mois elle fut transférée à Rennes (Ille-et-Vilaine). Les allemands fusillèrent Joseph Pelluau comme otage le 15 décembre 1941 à la prison de Fontevrault-l’Abbaye (Maine-et-Loire).
Le 16 mai 1944, elle était envoyée au Fort de Romainville (Seine, Seine-Saint-Denis). Le 30 elle était avec cinquante-huit autres détenues dans un wagon à destination de Sarrebruck, camp de Neue Bremm (Allemagne). Arrêtées entre 1941 et 1944, la plupart venaient de la prison de Rennes, le 13 juin elles partaient pour Ravensbrück, elles arrivèrent le 15. Le 4 août quarante-sept d’entre-elles étaient affectées au Kommando de Leipzig. Le 14 avril 1945 devant l’avance des troupes alliées le camp était évacué, les détenues participaient à une terrible « marche de la mort ». Matricule 42217, Annette Rabatel survécut aux épreuves de la déportation, elle fut libérée le 22 mai 1945.
En 1946, elle était employée au ministère de le Reconstruction et de l’Urbanisme, habitait avec ses deux enfants 8 Square de la Limagne dans le XIIIe arrondissement, elle gardait ses convictions. Annette Rabatel a été homologuée au titre de la Résistance intérieure française (RIF).
Elle mourut le 3 mai 1984 dans l’Oise.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article148859, notice RABATEL Annette, Augusta, Lucette [née GOUBERT] par Daniel Grason, version mise en ligne le 15 septembre 2013, dernière modification le 13 août 2020.

Par Daniel Grason

SOURCES : Arch. PPo. 77W 13, KB 107. – Bureau Résistance GR 16 P 496391. – Livre-Mémorial, FMD, Éd. Tirésias, 2004. – État civil, Villeurbanne. – État civil numérisé site Match ID.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément