YVONNOU Michel, François

Par Thomas Pouty, Annie Pennetier

Né le 23 février 1921 à Rosporden (Finistère), fusillé le 5 avril 1944 à Penmarc’h (Finistère) ; coiffeur ; résistant.

Fils de Michel, menuisier, et de Louise Le Dez, tricoteuse, célibataire, Michel Yvonnou, peut-être communiste, appartenait à un groupe de résistant FTP de Bannalec formé autour de Louis Lavrat. Selon les rapports conservés à la DAVCC, il aurait été arrêté le 12 novembre 1943 suite à l’attaque, le 11 novembre, d’un train de munitions en gare de Bannalec. Avec les frères Le Gac et Pierre Pendélio, ils auraient été arrêtés en flagrant délit de destruction de lignes téléphoniques à la gare de Bannalec. Selon René Le Guénic, Michel Yvonnou aurait été arrêté dans son salon de coiffure.
Emprisonné à Quimper, sans doute condamné par le tribunal militaire allemand FK 752 comme ses codétenus, Michel Yvonnou a été fusillé le 5 avril 1944 à Penmarc’h. René Le Guénic situe leur exécution dans les landes de Peumerit avec les frères Jean Le Gac et Louis Le Gac et Pierre Pendélio.
Reconnu Mort pour la France, il a été homologué FFI et interné-résistant (DIR).

Son nom figure sur le monument « À la mémoire des victimes des combats de la Libération », place du général de Gaulle à Rosporden.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article149171, notice YVONNOU Michel, François par Thomas Pouty, Annie Pennetier, version mise en ligne le 14 octobre 2013, dernière modification le 31 mars 2021.

Par Thomas Pouty, Annie Pennetier

SOURCES : DAVCC, B VIII 5 (Notes Thomas Pouty). – SHD, Vincennes, GR16P 605774 (nc). — René Le Guénic, Ces héros venus de l’ombre, 1991. –Georges-Michel Thomas et Alain Le Grand, Le Finistère dans la Guerre (1939-1945), t. 1 : L’Occupation, p.392.— Site les Plaques commémoratives. – État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément