PETIT Paule, Marie-Rose, Anne [née CARDONNE Paule]

Née le 8 juin 1929 à Mens (Isère), morte le 6 février 2015 à Paris (XVe arr.) ; employée de la Caisse nationale de l’énergie puis d’EDF ; syndicaliste CGT, secrétaire générale du syndicat CGT des Services centraux d’EDF, membre du bureau de l’UD-CGT de la Seine, membre du bureau de la Fédération CGT de l’Energie (1963-1982) ; militante communiste.

La mère de Paule Cardonne était sans profession. Son père, Gaston Cardonne (1905-1971), était inspecteur des contributions directes. Militant communiste, il fut trésorier de l’Union départementale CGT des Pyrénées-Orientales, responsable du Secours populaire et fort actif durant la Guerre d’Espagne. Déporté en Algérie en 1939, il fut élu après la Seconde Guerre mondiale maire de Céret (Pyrénées-Orientales), conseiller général, conseiller de la République et militant de la Fédération autonome des fonctionnaires. Paule Cardonne grandit à Céret où elle dut faire face à l’hostilité de certains enseignants et d’une partie de la population, en raison de l’engagement de son père. Elle poursuivit ses études au lycée et obtint son baccalauréat (série moderne).

Ses parents s’établirent à Paris après l’élection de Gaston Cardonne au Conseil de la République. En 1949, ce dernier aida Paule Cardonne à être embauchée en qualité d’employée au service des titres de la Caisse nationale de l’énergie (CNÉ), dont le secrétaire général était ancien des contributions indirectes. La CNÉ avait été créée par EDF-GDF pour effectuer l’indemnisation des actionnaires des ex-sociétés après la nationalisation des industries électrique et gazière. Malgré l’hostilité des cadres, issus de l’ancienne Énergie industrielle, Paul Cardonne adhéra à la CGT commença à développer une activité syndicale au siège de la CNÉ, Faubourg Saint-Honoré, dans des services majoritairement composées de femmes. Elle prit notamment la tête de la mobilisation des salariés de la CNÉ, désireux d’accéder au statut des personnels des industries électrique et gazière. Cette mobilisation fut couronnée de succès en 1952, grâce aux lois portées par les députés Albert Gazier et Robert Coutant. Paule Cardonne travailla dès lors aux services centraux d’EDF, jusqu’à la fin des années 1960. Au cours de cette période, elle fit la connaissance d’Émile Petit, syndicaliste CGT et militant communiste. Ils se marièrent et le couple, établi à Rueil-Malmaison (Seine, Hauts-de-Seine), eut un fils.

Paule Petit fut élue à la commission administrative du syndicat du personnel des industries énergétiques de la région parisienne en avril 1953 et réélue en mai 1955 jusqu’à la décentralisation du syndicat l’année suivante. En 1956, elle devint secrétaire générale du syndicat des Services centraux, au siège d’EDF-GDF, rue du Faubourg Saint-Honoré puis rue Louis Murat — peu de femmes occupaient alors de telles responsabilités. Paule Petit fut également membre du bureau de l’Union départementale CGT de la Seine au cours de cette période. De 1963 jusqu’en 1982, elle fut, sans interruption, élue au bureau de la Fédération CGT de l’Énergie où, succédant à Violette Mazelier*, elle fut la responsable du secteur féminin et contribua à ce que plus de femmes jouent un rôle dans la Fédération. Elle participa à de nombreuses commissions et y fut également responsable de la propagande. Elle participa également à la commission féminine de la confédération CGT, dirigée par Madeline Colin. Elle participa également activement aux campagnes en faveur de la méthode de l’accouchement sans douleur du docteur Lamaze dont elle bénéficia elle-même.

De 1964 à 1967, Paule Petit fut désignée administratrice suppléant de la Caisse centrale d’activités sociales (CCAS), en tant que suppléante.

Paule Petit adhéra au Parti communiste en 1953. Elle le quitta dans les années 1990, en désaccord avec la « mutation » initiée par Robert Hue. Après son installation à Paris, elle adhéra de nouveau, se trouvant en accord avec les militants de la section du XVe arrondissement, où elle côtoyait notamment Henri Alleg.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article149191, notice PETIT Paule, Marie-Rose, Anne [née CARDONNE Paule], version mise en ligne le 31 mars 2015, dernière modification le 15 mars 2020.

SOURCES : Archives FNE-CGT. — Force Information, n° 323 (juillet-août 1983). ― R. Gaudy, Les porteurs d’énergie, Paris, Temps Actuels, 1982. — Renseignements fournis par l’intéressée (janvier 1996). — Entretien avec Paule Petit (mai 2011). ― Notes de Paul Boulland. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément