GRENIER Émile, Albert [pseudonyme dans la Résistance : Grange]

Par Jean-Marie Guillon

Né le 7 mai 1922 à Rognac (Bouches-du-Rhône), exécuté sommairement le 12 juillet 1944 à Génas (Rhône) ; cheminot ; réseau de renseignement Corvette, maquisard de l’Armée secrète (AS).

Originaire de Toulon (Var), employé à la SNCF, réfractaire au Service du travail obligatoire (STO), membre du réseau de renseignement Corvette, Émile Grenier prit le maquis dans le Vercors avec l’AS et fit partie du 6e BCA reconstitué. Agent de liaison, il fut arrêté en cours de mission à Grenoble (Isère) le 26 juin 1944. Torturé, détenu à Grenoble jusqu’au 7 juillet, transféré ensuite au fort de Montluc à Lyon (Rhône), il a été fusillé avec 21 autres résistants en rase campagne, à Azieux, au Bouvaret, commune de Génas, le 12 juillet 1944. Son nom fut donné à un quai de Toulon.

Il obtint le titre de « Mort pour la France » et fut décoré de la Médaille de la Résistance à titre posthume le 15 octobre 1945.

Voir la monographie du lieu d’exécution

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article149265, notice GRENIER Émile, Albert [pseudonyme dans la Résistance : Grange] par Jean-Marie Guillon, version mise en ligne le 3 octobre 2013, dernière modification le 12 octobre 2021.

Par Jean-Marie Guillon

SOURCES : Arch. Dép. Var, fonds du CDL et Victor Masson.— Mémoire des Hommes SHD Caen DAVCC 21 P 619296, Vincennes GR 16 P 269922 et 28 P 11 26 (nc). ⎯ site internet Genas-virtuel.com.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément