GROUSSARD René, Lucien

Par Dominique Tantin

Né le 1er avril 1906 à Breloux-la-Crèche (Deux-Sèvres), exécuté sommairement le 21 août 1944 à Ruffec (Charente) ; propriétaire exploitant à La Gazonnière, commune de Saint-Martin-lès-Melle (Deux-Sèvres) ; conseiller d’arrondissement et administrateur de plusieurs coopératives ; résistant de Libération-Nord, de l’Armée secrète (AS) et des Forces françaises de l’intérieur (FFI).

Fils de Lucien Victor Groussard, cultivateur, alors âgé de 32 ans, et de Julie Léa née Dubreuil, âgée de 25 ans, René Groussard épousa Madeleine Idalie Quintard le 3 avril 1929 à Périgné (Deux-Sèvres). Il était domicilié à Saint-Martin-lès-Melle et vraisemblablement apparenté au colonel Georges André Groussard (1891-1980), né à Saint-Martin-lès-Melle, responsable des Groupes de Protection à Vichy, organisateur de l’arrestation de Pierre Laval le 13 décembre 1940, puis vichysto-résistant.
Prisonnier en 1940, libéré en 1941 car il était père de quatre enfants, René Groussard s’engagea dans la Résistance dès 1941. Il exerça un rôle de premier plan dans le sud des Deux-Sèvres. Il participa au développement local du mouvement Libération-Nord. Et, en liaison avec l’Armée secrète depuis septembre 1943 par l’intermédiaire de Charles Marché et de Joseph Pineau – futur président du Comité départemental de Libération –, il constitua un groupe incluant notamment le commandant Bernier de La Rochelle, Roger Aubin, Paul Gazeau (épicier en gros et futur maire de Melle), Marcel Motillon, Auguste Vigier (lieutenant des pompiers), Jean Guerry et Charles Bailly. Il entra en contact avec Ernest Jousseaume (alias « Fernand) » qui organisait en pays mellois le principal maquis des Deux-Sèvres, formant le groupe « Fernand-Groussard », et coopéra avec la Résistance du sud de la Vienne. Il fut intégré aux FFI avec le grade de lieutenant (matricule 8110, secteur 17, Melle), sous les ordres du colonel Chaumette (Edmond Proust), chef départemental des FFI.
Le 13 août 1944, il participa aux combats de Melle. Le groupe « Jean Paul », un maquis situé près de la nationale 10 dans les bois de la commune de Montalembert, et les combattants rassemblés autour de Raymond Kopp, alias « Parouty », attaquèrent la garnison allemande avec pour objectif de s’emparer de carburant à la distillerie. Après de violents affrontements, les assaillants se replièrent sans perte et avec des prisonniers. Les représailles allemandes furent immédiates. De durs combats se déroulèrent aux alentours de Melle. Les maquisards furent traqués par des unités indo-allemandes de la Wehrmacht (la Wehrmacht avait recruté des nationalistes hindous parmi les prisonniers capturés dans les combats contre les Anglais).
Au cours d’une mission de liaison pour ravitailler Ernest Jousseaume et ses hommes en armes et en munitions, René Groussard fut arrêté le 20 août 1944 en compagnie de Joseph Bernier et de Roger Aubin à proximité de Sauzé-Vaussais, à un poste tenu par des Hindous. Les trois hommes furent conduits à Ruffec (Charente) et, après interrogatoire et décision de l’Oberleutnant Stephan, fusillés dans cette ville le 21 avec Louis Proust. René Groussard fut passé par les armes à 20 h 30. Son corps fut exhumé le 5 septembre 1944 et transféré à Saint-Martin-lès-Melle.
René Groussard fut reconnu « Mort pour la France » (1945) et « Interné Résistant » (1954). Son nom fut donné à une place de Melle.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article149379, notice GROUSSARD René, Lucien par Dominique Tantin, version mise en ligne le 10 octobre 2013, dernière modification le 13 août 2019.

Par Dominique Tantin

SOURCES : DAVCC, Caen. – Virginie Daudin et Dominique Tantin, Résister dans la Pays Mellois, 1940-1945, Niort, 2006. – Michel Chaumet et Jean-Marie Pouplain, La Résistance en Deux-Sèvres, 1940-1944, La Crèche, Geste Éd., 2010. — acte de naissance (AD 79 en ligne).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément