VERGE Jean, Joseph

Par Daniel Grason, Thomas Pouty

Né le 9 février 1921 à Paris (XIe arr.), fusillé après condamnation le 22 août 1942 au stand de tir du ministère de l’Air à Paris (XVe arr.) ; auxiliaire des PTT ; résistant FTPF.

Jean Verge rejoignit les FTP en mars 1942. Il devint chef de groupe, participa à une agression contre un soldat allemand, fournit des explosifs à des FTP qui organisèrent un attentat à Tours (Indre-et-Loire). Les policiers de la Brigade spéciale no 2 le recherchèrent pour « activité de franc-tireur et voies de fait sur un soldat allemand ».
Craignant peut-être une arrestation, il partit à Montauban (Tarn-et-Garonne). Il résidait depuis un mois dans la ville quand des inspecteurs de la police judiciaire venus de Paris l’interpellèrent le 25 mars 1942.
La rapport de police donne un date différente : "Le 4 avril 1942, des inspecteurs de Renseignements généraux se rendent en zone libre, pour exécuter un mandat d’amener, et amènent au service le terroriste Verge Jean, dit "Nicoles", dit "Claude". Il avait été mis en cause par Tondelier et Tardif, comme pouvant avoir été mêle à une tentative de meurtre contre le capitaine médecin Kerscher et au meurtre du gardien de la paix Lecureil.
Verge nie sa participation à ces crimes. Il reconnait cependant avoir fait partie de l’OS et avoir prit part à des coupures de câbles au Bourget et à des expéditions préparatoires à des attentats projetés contre un chantier à Vitry et l’hôtel Royal Monceau, avenue Hoche."
Il fut transféréà la prison de la Santé à Paris (XIVe arr.). Il comparut le 7 août 1942 devant le tribunal du Gross Paris, rue Boissy-d’Anglas (VIIIe arr.). Condamné à mort, Jean Verge fut passé par les armes le 22 août 1942.
Le nom de Jean Verge figure sur le monument aux morts de Montauban et sur la plaque commémorative posée rue de la Résistance dans la même ville, dédiée aux morts : résistants internés, déportés et fusillés.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article149440, notice VERGE Jean, Joseph par Daniel Grason, Thomas Pouty, version mise en ligne le 14 octobre 2013, dernière modification le 24 avril 2020.

Par Daniel Grason, Thomas Pouty

SOURCES : AVCC, Caen, B VIII. – Léon Tsévéry, Florence Sekhraoui, Les 161 fusillés du polygone de Balard, Éd. FFDJ, 2011. – Arch. Jean-Pierre Ravery, CT2 annexe 24. — Mémorial GenWeb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément