LESPESSAILLES Louis

Par Claude Pennetier

Né le 2 février 1930 à Pontex-les-Forges (Landes) ; inspecteur des télécommunications ; syndicaliste CGT des PTT en Ile-de-France. ; retraité dans les Pyrénées-Atlantiques.

Maryse Dumas et Louis Lespessailles lors de la remise de l’Ordre national du mérite.

Fils de Jean Lespessailles (1891-1976) compagnon maçon devenu facteur des PTT, puis suite à un accident receveur, et d’une mère placée très jeune dans une famille bourgeoise puis auxiliaire des PTT, Louis Lespesailles avait une famille très catholique du côté de sa mère avec un missionnaire, des professeurs des faculté catholique et d’unGrand séminaire.
Louis Lespessailles entra dans l’administration des PTT le 16 juin 1949 en qualité de contrôleur stagiaire des installations électro-mécaniques affecté au Centre téléphonique de Paris Invalides. Inspecteur adjoint en 1951, puis inspecteur en 1956 au Centre téléphonique de Paris Litté, inspecteur central en 1971 à Paris -Sud, il termina sa carrière comme chef de centre de classe exceptionnelle , en 1989, à la direction des télécommunication d’Ile de France.
Il avait fait son service militaire en 1950-1951 au 1er bataillon de télégraphies coloniaux à Toulouse et à Agen.
Il épousa Renée, inspectrice des chèques postaux de Paris et militante de la CGT-PTT. Le couple eut un enfant.
Son adhésion à la CGT ne fut pas immédiate puisqu’elle date du 15 mai 1958, en liaison avec les évènements politiques du 13 mai. Cependant il fut aussitôt chargé de responsabilités : secrétaire de la section syndicale du centre téléphonique Paris Littré de 1958 à 1964., membre du bureau du syndicat des communications de la Seine de 1960 à 1974, secrétaire régional de 1974 à 1990, membre de la CE férale de 1962 à 1986 et pendant trois ans du bureau fédéral e 1970-1972 en remplacement de Jacques Blanchon momentanément éloigné par un stage.
Lespessailles siégea au titre de la CGT dans les CAP régionales des télécoms et fut membre du CTP ministériel de la Division général du personnel.
Il fut par ailleurs président de l’Union coopérative du personnel des PTT (UCP-PTT) de 1974 à 1990, coopérative créée par Fernand Piccot et Jean Loubès. Le prêtre ouvrier François Monbeig, syndicaliste CGT à Pau, prit par la suite sa succession.
Il avait une réputation de grande efficacité dans les négociation avec le ministère. Il savait rétransmettre les avancées de revendications dans des tracts clairs qu’il écrivait dans la nuit et soumettait dès 6 heures du matin au secrétaire général Serge Lottier, pas bien réveillé mais admiratif. (témoignage de Serge Lottier lors de son départ à la retraite). Il était aussi un ordonnateur des manifestations.
Il avait adhéré au PCF le 12 février 1962, le soir des obsèques des victimes de Charonne, comme si chaque moment de grande émotion (13 mai, 8 février) lui faisait franchir un pas qu’il retenait. Il fut secrétaire de la cellule des Dessous de Berges dans le IIIe arr. de Paris.

Lespessailles domicilié à Arcueil (Val-de-Marne), prit sa retraite en novembre 1989, et se relira à Anglet dans les Pyrénées-Atlantiques. Il obtint l’ordre national du mérite en 1991.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article149481, notice LESPESSAILLES Louis par Claude Pennetier, version mise en ligne le 19 octobre 2013, dernière modification le 28 mars 2018.

Par Claude Pennetier

Maryse Dumas et Louis Lespessailles lors de la remise de l’Ordre national du mérite.

SOURCE : Arch. IHS CGT des PTT.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément