AÏSSA Lahsène

Par Amar Benamrouche

Né le 7 mars 1921 à Ikhlidjène près de Guenzet dans l’Est algérien, ; instituteur à Sétif (Algérie) ; syndicaliste du SNI participant à la fondation de l’UGTA (Union générale des travailleurs algériens), puis cadre UGTA après l’indépendance.

L. Aissa est fils de commerçant. Après l’école primaire, il accède au cours complémentaire de Sidi Djellis à Constantine et devient instituteur ; c’est à Sétif, la ville de Ferhat Abbas, qu’il exerce. Il adhère au Syndicat national des instituteurs (SNI) et à l’Association des instituteurs d’origine indigène (AIOI).

À la création de l’UGTA en février 1956, il participe à l’organisation du syndicat des enseignants à Sétif ; il est délégué au premier congrès constitutif du Syndicat algérien des enseignants (SAE). Il est également sollicité par les responsables de la nouvelle centrale pour créer un syndicat UGTA des PTT dans la même ville.

Ses activités politiques et syndicales lui valent d’être arrêté et envoyé en résidence surveillée dans les camps du Sud algérien. Ce n’est qu’en 1962 qu’il est libéré.

Après l’indépendance, il renoue d’abord avec le syndicalisme à Sétif. Il passe ensuite à Alger au siège de la Fédération des travailleurs de l’éducation et de la culture (FTEC) de l’UGTA, syndicat unique sous tutelle du FLN.

Au IIIe Congrès de l’UGTA en 1969, il entre à la Commission exécutive nationale et devient responsable du secrétariat national à l’information et à la formation.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article149745, notice AÏSSA Lahsène par Amar Benamrouche, version mise en ligne le 26 octobre 2013, dernière modification le 26 octobre 2013.

Par Amar Benamrouche

SOURCES : Révolution et travail, année 1988. — M. Farès, Aïssat Idir, op. cit.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément