AOUISSI Larbi

Par Abderrahim Taleb-Bendiab

Né en 1930 à Aïn-Mahdi dans le sud algérien ; communiste ; syndicaliste CGT ; employé à Alger Républicain à Alger.

On trouve aussi son nom orthographié Aoussi, sans parler des confusions avec son frère Mohamed Aouissi (ci-dessous), lui aussi militant communiste. Larbi Aouissi est après 1946, employé au journal Alger Républicain. Il est arrêté par la police lors d’une manifestation qui faisait suite à une grève des fonctionnaires lancée par la CGT, et fiché comme responsable communiste. Après le déclenchement de l’insurrection armée le 1er Novembre 1954, il se met en retrait de toute activité militante, ce qui lui épargne, peut-être, la répression.

Au lendemain de l’indépendance, Larbi Aouissi est nommé directeur de la Caisse de sécurité sociale. Il occupe ce poste jusqu’à sa mise à la retraite anticipée au début des années 1980 suite aux mesures prises par le président Chadli Bendjedid d’écarter de postes de responsabilités, des hauts fonctionnaires qui avaient servi sous le régime de Houari Boumediene ; il pesait vraisemblablement sur lui la suspicion d’être resté communiste.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article149893, notice AOUISSI Larbi par Abderrahim Taleb-Bendiab, version mise en ligne le 30 octobre 2013, dernière modification le 30 octobre 2013.

Par Abderrahim Taleb-Bendiab

SOURCES : Alger Républicain. — Arch. France Outre-mer, Aix-en-Provence, Alger 1K/880.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément