AROUA Ali

Par Amar Benamrouche, René Gallissot

Né le 22 janvier 1929 à M’Doukal dans les Aurès (Algérie) ; scout musulman et jeune partisan du PPA-MTLD ; secrétaire général du syndicat UGTA des employés en 1956 ; membre du dernier secrétariat clandestin de l’UGTA à Alger en 1957-1958.

Issu d’une famille de lettrés musulmans de langue arabe, le père d’Ali Aroua est enseignant dans une école musulmane privée à Baraki, près d’Alger puis à Touggourt dans une médersa libre dans la mouvance de l’association des Oulémas ; il sera ensuite imam à Koléa, aux environs d’Alger. C’est là que grandit Ali Aroua. Après avoir suivi des études primaires à Koléa et secondaires à Alger, celui-ci devient employé de banque. Il appartient aux Scouts musulmans et se trouve en contact dans le quartier de Belcourt, avec les Jeunes de Belcourt sous influence du nationalisme messaliste (avec Hocine Asselah). Plus tard, il fera partie des premières cellules FLN du quartier.

À la création de l’UGTA (Union générale des travailleurs algériens) en 1956, il est chargé de la mise sur pied du syndicat national des employés de banque. À la fin de 1956, il devient secrétaire général adjoint des employés de bureau et de commerce. En 1957, avant que la direction de l’UGTA ne se reforme à Tunis, Ali Aroua fait partie du cinquième et dernier secrétariat clandestin de l’UGTA, formé des quelques syndicalistes qui échappent encore à la répression.

Son frère, médecin à Alger, fiché comme nationaliste, a déjà été arrêté après la grève de janvier 1957 qui ouvre la Bataille d’Alger et envoyé au camp de Bossuet. Arrêté à son tour le 5 avril 1957, Ali Aroua est interné dans le même camp. C’est au camp de Bossuet que fut composé et chanté l’hymne des travailleurs UGTA, sur des paroles du docteur Ahmed Aroua et une musique d’Haroun Rachid.

Libéré en 1961, Ali Aroua reprend contact avec les réseaux clandestins du FLN à Belcourt. Après l’indépendance, il participe à la relance de l’UGTA qui devient centrale syndicale unique.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article149938, notice AROUA Ali par Amar Benamrouche, René Gallissot, version mise en ligne le 31 octobre 2013, dernière modification le 31 octobre 2013.

Par Amar Benamrouche, René Gallissot

SOURCES : M. Farès, Aïssat Idir, op. cit. — B. Bourouiba, Les syndicalistes algériens, op. cit.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément