AKSAS Ali

Par René Gallissot

Né le 10 janvier 1897 à Fort-National (Larbaa Nath Iraten), mort à Lyon en 1972 ; émigré, militant de l’ENA en région lyonnaise, fidèle de Messali jusqu’au temps du MNA face au FLN.

En 1930, Ali Aksas émigre d’abord sur Paris dans le 13e arrondissement puis va travailler à Lyon. Il est donné comme ouvrier, sans autre précision, quand il est fiché par la police pour avoir relancé avec Mohammed Balek* l’organisation lyonnaise de l’Étoile nord-africaine. Celle-ci devient le parti de Messali* à partir de 1933. Il est ainsi un des organisateurs du meeting qui accueille Messali* à Lyon en mars 1934 et rassemble, selon la police, 400 travailleurs nord-africains. Il semble suivre B. Radjef* tant au PPA (1937) qu’après guerre au MTLD.
Dans la crise de ce parti en 1953, il se range derrière le grand leader Messali* et participe en 1954 au congrès de scission à Hornu en Belgique. Contre le FLN après le 1er Novembre 1954, toujours fidèle à Messali*, Ali Aksas se retrouve au MNA. Il meurt à Lyon en 1972.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article149982, notice AKSAS Ali par René Gallissot, version mise en ligne le 3 novembre 2013, dernière modification le 24 novembre 2013.

Par René Gallissot

SOURCES : Arch. de la Préfecture de police de Paris, rapport de 1934 sur l’ENA. —B. Stora, Dictionnaire biographique des militants nationalistes algériens, op. cit. —O. Carlier, Entre nation et Jihad, op. cit.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément