BRISSEAU Jean

Par Jean-Pierre Besse

Né le 20 juin 1910 à Duras (Lot-et-Garonne), fusillé le 8 avril 1944 à Toulouse (Haute-Garonne) ; boucher expéditeur ; résistant ; membre du réseau Buckmaster.

Fils d’un cultivateur, Jean Brisseau était marié à une institutrice et exerçait la profession de boucher expéditeur. Il était père de trois enfants.
Membre du réseau Buckmaster, il participa au transport des armes parachutées. Il fut arrêté le 9 février 1944 à Duras en même temps que Maurice Dubois. Il fut conduit à Agen (Lot-et-Garonne) puis à la prison Saint-Michel de Toulouse. Condamné à mort par un tribunal militaire allemand le 8 avril 1944, en représailles au sabotage d’un tramway quelques jours auparavant, il a été fusillé le jour même à Toulouse avec 9 autres résistants (Voir Blancheton Roger ).
Son corps fut retrouvé en septembre 1944 dans le charnier de Bordelongue (Toulouse, Haute-Garonne). Il fut inhumé à Duras le 16 septembre de la même année.
Il fut reconnu Interné Résistant (IR) en 1956.
Il existe un boulevard Jean-Brisseau à Duras.
Son nom a été gravé sur la stèle érigée sur les lieux du charnier de Bordelongue.

Voir : Toulouse, prison Saint-Michel et charnier de Bordelongue (9 novembre 1943-18 avril 1944)

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article150113, notice BRISSEAU Jean par Jean-Pierre Besse, version mise en ligne le 6 novembre 2013, dernière modification le 19 juillet 2017.

Par Jean-Pierre Besse

SOURCES : DAVCC, Caen, dossier 21 P 430726. — Témoignage de sa fille Jeanine Brisseau-Loaiza sur Internet. — Notes d’André Balent.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément