DARREAU René

Par Jean-Pierre Besse, Delphine Leneveu

Né le 12 août 1893 à Courville-sur-Eure (Eure-et-Loir), fusillé le 4 octobre 1941 à Saint-Gervais (Loir-et-Cher) ; sans profession.

René Darreau résidait à Vendôme (Loir-et-Cher). Marié et père de trois enfants, il était sans profession (ayant exercé celle de monteur avion). Dénoncé, il fut arrêté le 16 septembre 1941 à Vendôme par la Feldgendarmerie pour « détention d’armes et détention d’un tract communiste ». En effet, une perquisition à son domicile permit de découvrir un revolver. Le 2 octobre 1941, il fut jugé par le tribunal militaire allemand FK 589 de Blois (Loir-et-Cher) et condamné à mort. Interné successivement à la prison d’Orléans (Loiret) puis de Blois, René Darreau a été fusillé le 4 octobre 1941 à 7 h 45 à Saint-Gervais-la-Forêt.
Son exécution a été relayée dans la presse locale : « AVIS – René Darreau de Vendôme – condamné à mort par les Allemands le 2 octobre pour détention illégale d’armes, a été fusillé aujourd’hui. Il avait caché un revolver à barillet chargé de dix balles. D’autre part, il n’avait pas remis aux autorités allemandes des tracts anti-allemands et les avait distribués – Paris, le 5 octobre 1941.
René Darreau a été inhumé dans le carré militaire du cimetière communal de Vendôme. Son nom est gravé sur le monument aux morts de Saint-Gervais-la-Forêt.
Il a été reconnu Mort pour la France.
Curieusement l’état civil de René, Henri Darreau, né le 12 août 1893 à Courville-sur-Eure (Eure-et-Loir), fils d’Alexandre Darreau, charronet de Désirée Darreau, couturière, le dit décédé à Chartres le 4 mars 1971. Il s’était marié à Courville le 12 juin 1919 avec Marguerite Decathologue et le 26 mars 1932 à Vendôme avec Jeanne Crosnier.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article150268, notice DARREAU René par Jean-Pierre Besse, Delphine Leneveu, version mise en ligne le 14 novembre 2013, dernière modification le 18 juillet 2021.

Par Jean-Pierre Besse, Delphine Leneveu

SOURCES : DAVCC, Caen (Notes Thomas Pouty). – Paris soir, du 6 octobre 1941. – L’Abeille d’Étampes, 11 octobre 1941. – Le Matin, 6 octobre 1941. – État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément