DOMECQ Alain

Par Jean-Pierre Besse, Philippe Souleau, Annie Pennetier

Né le 6 août 1920 à Podensac (Gironde), fusillé le 26 janvier 1944 au camp de Souge, commune de Martignas-sur-Jalle (Gironde) suite à une condamnation à mort ; étudiant ; militant communiste ; résistant FTPF de Gironde.

Fils de Yvon Domecq, percepteur et de Gabrielle Laillou, Alain Domecq, agrégatif en grec, travaillait comme surveillant au lycée Longchamps à Bordeaux. Domicilié 5 rue du Colonel Moll à Talence (Gironde), il était marié avec Raymonde Dubourg et n’avait pas d’enfant. Sportif, il avait été champion de Guyenne universitaire en cyclisme.
Il était responsable des Jeunesses communistes (JC) clandestines et devint interrégional des JC sous le pseudonyme de Jacques.Il participa à la première parution le 1er mai 1943 du « Franc-Tireur du Sud-Ouest », feuille ronéotée relatant les actions du groupe Bourgeois.Il écrivait et diffusait également des tracts destinés aux soldats autrichiens requis de force dans la Wehrmacht ainsi que dans le milieu cheminot. A la veille du 14 juillet 1943, il appela à une souscription visant à soutenir les familles d’internés et de fusillés.
Il fut arrêté le samedi 18 septembre 1943, par le commissaire Penot de la Section des affaires politiques (SAP) et des membres du Sicherheitsdienst (SD), devant la mairie de Saint-Christophe-des-Bardes (Gironde) en même temps que François Abarrateguy (commissaire régional FTPF aux effectifs) à la suite de la dénonciation d’un responsable retourné. Interné au fort du Hâ (Bordeaux, Gironde), il fut condamné à mort par le tribunal militaire de la Feldkommandantur de Bordeaux FK 529, le 20 janvier 1944 en compagnie de seize autres régionaux et interrégionaux de la résistance communiste. Il a été fusillé à Souge et inhumé à Saint-Aubin-de-Médoc (Gironde).
Son nom figure sur le monument aux morts de Castillon-la-Bataille (Gironde) ainsi que sur le Mémorial du camp de Souge.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article150276, notice DOMECQ Alain par Jean-Pierre Besse, Philippe Souleau, Annie Pennetier, version mise en ligne le 30 mars 2015, dernière modification le 3 janvier 2022.

Par Jean-Pierre Besse, Philippe Souleau, Annie Pennetier

SOURCES : DAVCC, Caen (Notes Thomas Pouty). – Arch. Dép. Gironde, série continue. – René Terrisse, Bordeaux, 1940-1944, Perrin, 1993. – Sites Internet : fusilles-souge.asso.fr et www.FFI33.org. — Comité du Souvenir des Fusillés de Souge Les 256 de Souge, Fusillés de 1940 à 1944 Éd.Le Bord de l’eau, 2014 .

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément