QUIGNARD Arsène, Albert, Gabriel

Par Alain Prigent

Né le 25 juillet 1908 à Aubervilliers (Seine, Seine-Saint-Denis), mort le 24 octobre 1983 à Saint-Brieuc (Côtes-du-Nord, Côtes d’Armor) ; cheminot ; militant communiste des Côtes-du-Nord ; emprisonné pendant 7 mois à La Santé pour avoir participé à une manifestation contre la guerre d’Indochine en gare de Saint-Brieuc.

Arsène, Albert Quignard était le fils d’Arsène Quignard, employé, et de Marie Kindel, journalière. Ancien combattant, Arsène Quignard se maria le 1er décembre 1934 à Aubervilliers avec Marie Cadran.

fut prisonnier toute la guerre dans les stalags. Ajusteur au dépôt SNCF de Saint-Brieuc, militant de la CGT et du PCF, il était père de trois enfants en 1950. Au cœur de la guerre d’Indochine, il fut arrêté le 11 mai 1950 à l’issue d’une manifestation en gare de Saint-Brieuc contre le passage d’un train en provenance de Brest et transportant des tourelles de canon à destination de Rochefort, avec son camarade Georges Félin, militant cheminot comme lui. Avec 9 autres responsables de la CGT et de la fédération communiste des Côtes-du-Nord, il fut emprisonné pendant 7 mois à la prison de la Santé. Jean Le Jeune et Roger Ruelleu entrèrent dans le même temps dans la clandestinité. Jugé à partir du 22 janvier 1951 dans le procès dit « des 12 » de Saint-Brieuc, Arsène Quignard fut, avec ses camarades, acquitté à l’issu d’un procès ayant eu une résonance nationale, la défense citant Alain Le Léap et Charles Tillon. Les prévenus furent soutenus pendant toute cette période par de nombreuses manifestations populaires et par des témoignages lors du procès venus de tous les horizons syndicaux (CFTC) et politiques (comme Jean Nicolas, maire socialiste de Saint-Brieuc). Il était le plus âgé des douze combattants de paix de Saint-Brieuc.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article150389, notice QUIGNARD Arsène, Albert, Gabriel par Alain Prigent, version mise en ligne le 20 novembre 2013, dernière modification le 7 juillet 2014.

Par Alain Prigent

SOURCES : Arch. Dép. Côtes d’Armor, 1043W39. — Arch. de l’UD-CGT des Côtes d’Armor (1944-1968). — Ouest-Matin, quotidien édité par les fédérations du PCF de l’Ouest (1948-1956). — Jean Le Jeune, Itinéraire d’un ouvrier breton, chez l’auteur. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément