HIPPEAU Émile, Jean

Par Virginie Daudin, Michel Thébault

Né le 20 novembre 1919 à Poitiers (Vienne), fusillé après condamnation à mort le 20 août 1943 au champ de tir de Biard près de Poitiers ; tourneur sur métaux ; résistant.

Émile Hippeau né à la maternité de l’Hôtel-Dieu de Poitiers, était le fils de Marie Louise Labrousse, âgée de 20 ans, brossière. Il fut reconnu et légitimé par Marcel, Louis Hippeau lors du mariage de ses parents à la mairie de Poitiers le 23 avril 1921. Au début des années 40, Émile Hippeau, célibataire, était domicilié à Poitiers (Vienne) où il exerçait le métier de tourneur sur métaux.
Il s’engagea dans la Résistance organisant avec des camarades Jean Coll et Serge Petit une filière d’évasion pour les prisonniers évadés vers la zone libre, la ligne de démarcation passant à l’est de Poitiers.
Les agents de la Section des affaires politiques de Poitiers, dirigée par le commissaire Rousselet, l’arrêtèrent le 27 mai 1943 à son domicile. Il fut interné à la prison de la Pierre-Levée à Poitiers (Vienne), et le tribunal militaire allemand de la Feldkommandantur 677 (FK 677) le condamna à mort le 17 août 1943 « pour agissement contre l’ennemi ». Il a été fusillé sur le champ de tir de Biard le 20 août 1943 avec Jean Coll et Serge Petit.
Son corps fut inhumé dans le cimetière de Croutelle (Vienne).

Il obtint la mention mort pour la France sur décision du 19 mars 1951 et fut homologué Forces Françaises de l’Intérieur. Son nom est inscrit sur le monument érigé à la mémoire des 128 fusillés sur le champ de tir de Biard, inauguré le 8 mai 1949.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article150391, notice HIPPEAU Émile, Jean par Virginie Daudin, Michel Thébault, version mise en ligne le 20 novembre 2013, dernière modification le 8 décembre 2021.

Par Virginie Daudin, Michel Thébault

SOURCES : SHD AVCC Caen. Cote AC 21 P 54391 et SHD Vincennes GR 16 P 293967 (nc) — Arch. Dép. Vienne, 1921W8 et état civil numérisé. — Au nom de la Résistance, hommage aux 128 fusillés, coll. Centre régional « Résistance & Liberté » et MIMC Office national des anciens combattants Vienne, Poitiers, 2013. — Mémoire des Hommes — Mémorial genweb — État civil mairie de Poitiers registre complémentaire des décès 1944 acte n° 10.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément