PERDRIX Maurice, Marius

Par Jacques Girault

Né le 12 février 1925 à Saint-Didier-sur-Chalaronne (Ain), mort le 1er mars 2001 à Mâcon (Saône-et-Loire) ; instituteur en Saône-et-Loire ; militant syndicaliste ; militant communiste, adjoint au maire de Mâcon.

Fils d’un vannier, devenu commerçant-artisan, Maurice Perdrix, bachelier, devint instituteur en Saône-et-Loire et n’effectua pas de service militaire étant de la classe 1945. Il commença son métier à Romanesche-Thorins, puis dans diverses communes avant d’être nommé à Mâcon, instituteur puis directeur d’école. Il se maria en avril 1946 à La Roche Vineuse (Saône-et-Loire) avec Suzanne Lacharme, fille d’un artisan, employée des PTT qui adhéra au Parti communiste français en 1971. Le couple eut trois enfants.
 
Adhérent au Syndicat national des instituteurs en 1946, Perdrix devint membre du conseil syndical de la section départementale et, secrétaire de la commission pédagogique en 1966, exerça cette responsabilité jusqu’au début des années 1970. Depuis le milieu des années 1960, il avait été élu pour siéger à la commission paritaire administrative départementale.
 
Perdrix adhéra au PCF à Romanesche-Thorins. Membre du bureau et du secrétariat de la section communiste de Mâcon en 1966, il redevint membre de son seul comité en 1971. Il entra au comité de la fédération communiste en 1965 et y resta jusqu’en 1974, voulant être déchargé de tâches.
 
Perdrix fut désigné comme candidat aux élections législatives de 1967 dans la première circonscription (Mâcon) mais fut finalement remplacé. En 1978, candidat dans cette circonscription (Mâcon -Tournus), il arriva en troisième position avec 10 979 voix sur 80 127 inscrits.
 
Perdrix fut candidat au Conseil général dans le canton de Mâcon puis dans le canton de Mâcon-Nord en 1973, en 1976 (troisième avec1 331 voix), en 1982 (quatrième avec 993 voix).
 
Aux élections municipales de Mâcon, Perdrix, en 1971, élu sur une liste d’union de la gauche, était devenu adjoint au maire délégué à l’éducation et à la formation permanente. Chef de file des communistes, il conserva ces responsabilités en 1977. Pour les élections de 1983, il était à nouveau chef de fille des candidats communistes.
 
Son nom fut donné à la cuisine centrale de Mâcon.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article150753, notice PERDRIX Maurice, Marius par Jacques Girault, version mise en ligne le 2 décembre 2013, dernière modification le 2 décembre 2013.

Par Jacques Girault

SOURCES : Archives du comité national du PCF.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément